Le futur est dans l’agroécologie

 |   |  845  mots
(Crédits : Fotolia)
[2/6] Mal considérée pendant des années, l’agroécologie devient l’une des solutions que les professionnels envisagent et pourraient utiliser à l’avenir afin de répondre aux impératifs environnementaux et sociétaux, tout en conservant une logique de productivité. Un concept largement poussé par les établissements d’enseignement supérieur. Second volet de notre série consacrée à l'agriculture, l'agroalimentaire et l'environnement.

Pour consulter cet article en accès libre, souscrivez à notre offre d'essai gratuite et sans engagement.

Au commencement de l'agroécologie était la science. Le terme est employé pour la première fois en 1928 par Basil Bensin, un chercheur américain qui entend appliquer les méthodes écologiques à l'agronomie. Dans les années 1960, des précurseurs s'emparent du concept pour forger des pratiques agricoles novatrices et impulser ce qui va devenir à l'orée du XXIe siècle un mouvement social globalisé.

"L'agroécologie est une technique inspirée des lois de la nature. Elle considère que la pratique agricole ne doit pas se cantonner à une technique, mais envisager l'ensemble du milieu dans lequel elle s'inscrit avec une véritable écologie. Elle intègre la dimension de la gestion de l'eau, du reboisement, de la lutte contre l'érosion, de la biodiversité, du réchauffement climatique, du système économique et social, de la relation de l'humain avec son environnement", écrit Pierre Rabhi dans son Manifeste pour la terre et l'humanisme publié en 2008 chez Actes Sud.

Ce paysan-écrivain français d'origine algérienne est l'un des pionniers de ce nouveau "mot d'ordre planétaire" qui entend "par...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :