Sadevinox : une transmission d'entreprise en douceur, malgré la pandémie

 |  | 616 mots
Lecture 3 min.
Denis Moos (à gauche) transmet en douceur Sadevinox à Bertrand Sérisé (à droite), malgré le Covid-19 qui n'était dans leurs plans.
Denis Moos (à gauche) transmet en douceur Sadevinox à Bertrand Sérisé (à droite), malgré le Covid-19 qui n'était dans leurs plans. (Crédits : DR)
La Covid-19 n'y aura rien fait : la PME Annécienne Sadevinox, qui exporte aux quatre coins du monde ses fils en acier inoxydable, a changé de mains en pleine pandémie, grâce à la bonne entente entre le cédant et le repreneur. Une opération particulière où le cédant, Denis Moos, prépare sa future retraite en demeurant au sein de la PME en tant que directeur des opérations, accompagnée par Bpifrance.

Si la pandémie peut semer l'incertitude dans certaines entreprises, cela n'aura pas été le cas chez Sadevinox. Pourtant, quand le confinement s'est imposé, la transmission de cette PME haute-savoyarde n'était pas bouclé.

L'histoire de cette transmission est celle de Bertrand Sérisé, ingénieur en électricité, dont le parcours l'avait mené essentiellement dans des entreprises de taille mondiale, avant de s'intéresser à la PME annécienne, qui s'est faite un nom au cours des dernières années pour son positionnement dans le domaine des fils en acier inoxydables à l'échelle mondiale.

Au début de l'année 2020, Bertrand Sérisé met fin à 18 années passées chez Landauer, spécialiste des rayonnements ionisants. Il était alors vice-président des ventes pour...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :