Santé : Pourquoi Fareva veut reprendre MSD ?

 |   |  525  mots
(Crédits : MSD)
Le groupe mondial Ardéchois Fareva a annoncé qu’il était entré en négociation exclusive avec le groupe Merck pour la reprise de l’entreprise MSD à Riom (63).

"Cette acquisition prépare le développement d'une activité déjà présente dans le groupe à Annonay," précise Bernard Fraisse, fondateur et président de Fareva.

Le groupe mondial, indépendant et familial, fondé en 1990 emploie 12 000 salariés. Il a annoncé qu'il était entré en négociation exclusive dans la perspective de la reprise de l'entreprise MSD à Riom. Avec cette prise de contrôle, Fareva entend multiplier les opérations en France et en Europe pour consolider sa position.

"Nous développons nos activités pour l'oncologie et dans le domaine du stérile avec l'objectif d'avoir une offre la plus complète possible. Ces investissements importants répondent à l'attente de clients dont la fidélité est un atout."

"MSD nous permettrait d'augmenter notre capacité de production et de nous appuyer sur un back up rassurant pour nos clients. C'est un site complémentaire de notre activité stérile et ophtalmo. Actuellement nous investissons beaucoup dans le domaine du stérile. Cette augmentation de production nous permettra d'avoir une meilleure représentativité auprès des grands groupes internationaux," précise Bernard Fraisse.

L'entreprise MSD Chibret à Riom est propriété du groupe Merck qui avait annoncé son intention de fermer l'usine, spécialisée dans la fabrication et le conditionnement de médicaments stériles, en novembre dernier. L'entreprise était également sous le coup d'un plan de restructuration.

"Nous garderions le personnel attaché à la production. Pour répondre aux attentes de nos clients, nous souhaitons investir sur ce type de production, ophtalmologie et stérile dans les 6 mois à venir," explique le président de Fareva.

Si tout se déroule dans les meilleures conditions l'investissement concernerait la production à Riom, pour dans un second temps augmenter ses capacités de productions à hauteur de celles de l'usine d'Annonay d'ici 3 ans.

"Le calendrier des négociations est bousculé par la pandémie. Aujourd'hui c'est compliqué, nous avançons dans les discussions en organisant des conf call et des rencontres à distances avec Merck," précise Bernard Fraisse.

Plusieurs mois de négociations

"C'est une bonne nouvelle que ce soit une entreprise familiale de notre Région qui soit retenue pour les négociations sur la reprise de MSD", se réjouissait Laurent Wauquiez la semaine dernière.

Présent sur le site à plusieurs reprises, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, a multiplié les initiatives pour identifier le meilleur repreneur.

"C'est un partenaire solide de la Région qui a entamé les premières démarches pour reprendre ce site de production. Fareva, fleuron de l'industrie régionale, devrait maintenant assurer la pérennité de ce site de production auvergnat. Un message d'espoir dans un contexte particulièrement trouble pour nos concitoyens et l'économie de notre pays. Il aurait été une folie de laisser disparaître un site important de la production de médicaments dans notre région. La crise que nous traversons renforce notre sentiment que secteur pharmaceutique est stratégique. Nous devons affirmer notre souveraineté sanitaire et accompagner sans faille les entreprises essentielles pour les Français. C'est une responsabilité que nous portons tous vis-à-vis de nos concitoyens," précise Laurent Wauquiez.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/04/2020 à 12:10 :
bravo, visiblement vous n'avez rien à faire des commentaires que l'on vous envoie.
beau travail journalistique…..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :