Industrie : Lourds investissements chez Thales à Saint-Héand

 |   |  839  mots
(Crédits : Stéphanie Gallo Triouleyre)
Créée par Pierre Angénieux en 1932, autour des zooms pour le cinéma et la télévision, puis rachetée en 1994 par le groupe Thales, l’entreprise de Saint-Héand dans la Loire réalise aujourd’hui 4/5e de sa production dans le secteur de la Défense. Elle vient justement de démarrer les livraisons de ses nouvelles jumelles de vision nocturne O-NYX à l’armée de Terre. Elle investit par ailleurs lourdement pour développer l’ensemble de ses activités.

La Direction Générale des Armées avait notifié à Thales le marché des jumelles O-nyx fin 2017, la première livraison est intervenue il y a quelques semaines. Ces jumelles de vision nocturnes sont destinées à remplacer progressivement les jumelles Lucie qui équipaient jusqu'ici l'Armée de terre et qui étaient déjà fabriquées par Thales Saint-Héand (ex Thales Angénieux avant la réorganisation des sites Thales) dans la Loire.

"Nous sommes partis d'un équipement dont nous disposions pour codévelopper avec la DGA et les utilisateurs. Nous sommes parvenus à des jumelles plus ergonomiques, plus légères (340 grammes NDLR) et plus performantes que celles qui équipent déjà les Forces Françaises", signale Delphine Cabaton, responsable commerciale du projet O-nyx.

Plus de 3.500 paires ont d'ores et déjà été commandées.

15 000 unités sur 7 ans

Le marché court sur 7 ans et devrait s'accompagner de 1 000 à 2 000 commandes par an, soit au total entre 10 000 et 15 000 équipements O-nyx fabriqués par le site ligérien du groupe Thales. Secret...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2020 à 10:39 :
Ne pourrait-on pas fabriquer des jumelles civiles notamment pour la chasse? A mon avis il y a un grand besoin et pas grand monde sur le marché.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :