Santé : Auris redécolle grâce à une réorganisation en profondeur

 |   |  466  mots
(Crédits : DR)
Le fabricant ligérien de dispositifs destinés à la thérapie magnétique, Auris, sort la tête de l’eau. Après plusieurs années difficiles, il est de nouveau sur une tendance positive.

Après plusieurs années difficiles, les voyants sont de nouveau au vert pour Auris avec un résultat net désormais dans le positif (RN 2019 : 50 000 euros). Pour y parvenir, le fabricant ligérien de dispositifs de thérapie magnétique, créé il y a 25 ans, a dû opérer une mutation en profondeur.

Elle n'est finalement pas passée par une introduction en Bourse comme annoncé en grandes pompes en septembre 2016, par le pape de l'introduction sur le marché libre, Louis Thannberger.

"Nous nous étions laissé séduire mais nous avons stoppé la démarche quelques mois plus tard devant les exigences des investisseurs. Nous avons compris que nous allions être contraints d'aller vers une rentabilité forcenée, ce qui n'était pas dans nos gênes", se souvient Monique Vial, cofondatrice de l'entreprise, avec son mari Claude Boursse, en 1996.

Recentrage
"Notre masse salariale et nos charges fixes étaient devenues trop importantes par rapport à notre chiffre d'affaires. En 2010, nous réalisions un chiffre d'affaires de 5,2 millions d'euros mais seulement de 2,2 en 2017 avec presque le même niveau de charge", poursuit Claude Boursse.

Le couple a donc entrepris de réduire la masse salariale, sans plan de licenciement. Les départs, au fil de l'eau, n'ont pas été remplacés grâce à la mise en place d'une nouvelle organisation de travail, plus polyvalente. Le service SAV a été repensé et deux des cinq boutiques en propre ont été fermées. L'effectif est ainsi finalement passé de 34 salariés à 19.

"Nous avons également fait la chasse aux petits gaspillages, aux coûts cachés. Nous faisons autant, voire mieux, avec moins de moyens", assure Monique Vial.

La PME a par ailleurs stoppé la commercialisation de gammes complémentaires comme les huiles essentielles ou les cosmétiques qu'elle ne fabriquait pas.

Relance

En parallèle, Auris s'est attachée à relancer son activité.

"Notre chiffre d'affaires avait chuté car notre catalogue était devenu moins attractif, nous étions devenus beaucoup moins actifs commercialement. Là-encore, il a fallu nous reprendre en main et redéfinir de nouvelles actions. Nous avons compris que nous ne devions pas tout attendre de la vente en ligne et revenir à ce qui avait fait notre succès, la vente par correspondance", reconnait Monique Vial.

Grâce à un expert du secteur, les supports ont été retravaillés pour être plus attractifs. Des campagnes de recrutements de nouveaux clients ont été relancés. Résultat : le chiffre d'affaires est remonté à 2,5 millions d'euros en 2019 et devrait atteindre les 3 millions d'euros en 2020, avec une profitabilité satisfaisante.

Pour accentuer sa relance, Auris mise sur la R&D. Déjà à la tête de sept brevets, elle travaille actuellement sur un T-Shirt magnétique. Elle prévoit aussi de développer une gamme à destination d'une nouvelle cible : les chiens et chats.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :