Startup : Le Ciseau.fr accélère après le rachat de Brush’N Barber

 |   |  544  mots
Le Ciseau.fr s'attaque désormais aux coiffeurs freelance
Le Ciseau.fr s'attaque désormais aux coiffeurs freelance (Crédits : Licence CC0)
En reprenant la communauté de coiffeurs de la plateforme lyonnaise Brush’N Barber, la startup Le Ciseau.fr accélère sa stratégie de diversification. Après les salons de coiffure, elle s’attaque désormais aux coiffeurs exerçant en freelance.

"Nous faisons un pas de plus dans notre plan de développement.

Naël Hamameh, cofondateur de Le Ciseau.fr avec le Stéphanois Vincent Gallot (Webqam), Jean De la Porte et le coiffeur toulousain Jean-Claude Aubry, commente ainsi la reprise, il y a quelques jours, de la plateforme lyonnaise Brush'N'Barber.

Celle-ci avait été lancée en 2016 et est présente aujourd'hui dans une dizaine d'agglomérations. Son créneau : la mise en relation entre les clients et les coiffeurs à domicile. Un concept que ne poursuivra pas Le Ciseau.fr, plus intéressé par la communauté des coiffeurs à domicile adhérant à Brush'N Barber, que par le business généré.

Activité complémentaire

Idem pour la startup toulousaine Bigoudy.fr reprise à la fin de l'été par Le Ciseau et positionnée sur le même créneau que Brush'N'Barber.

"Avec ces deux acquisitions, notre ambition est en réalité de venir nourrir notre nouvelle offre, WeChair, lancée il y a deux mois. Leurs services seront progressivement stoppés et les membres réorientés vers WeChair", explique Naël Hamameh, estimant en effet que le marché de la coiffure à domicile n'est pas suffisamment porteur pour être rentable.

Avec WeChair, Le Ciseau entend connecter les salons de coiffure avec les freelances pour de la location de fauteuil à l'heure ou à la journée. "Environ 20 000 indépendants exercent en France. Leurs conditions de travail sont souvent difficiles. Nous leur simplifions la tâche et nous les aidons à élargir leur clientèle en s'ouvrant à des personnes ne souhaitant pas se faire coiffer à domicile". Côté salons, la promesse est de pousser la rentabilisation de leurs équipements en louant des fauteuils dont ils n'ont pas toujours besoin.

"La philosophie est la même que notre activité historique : permettre aux coiffeurs de mieux gagner leur vie", poursuit le président de Le Ciseau.fr.

La startup avait été créée en 2016 sur le principe de l'intermédiation également, entre les salons de coiffure proposant des tarifs à moins 50% sur des créneaux inoccupés et des particuliers friands de bonnes affaires.

Vers une levée de fonds de 8 à 10 millions d'euros

Avec une trentaine de salariés, Le Ciseau.fr a enregistré cette année un volume d'affaires de 15 millions d'euros (chiffre d'affaires généré par les salons clients grâce à son intermédiaire ; chiffre d'affaires propre non communiqué), soit trois fois plus que l'année dernière, avec 2 000 salons à travers toute la France.

"D'ici janvier prochain, nous espérons convaincre au moins 200 de nos salons déjà partenaires de Le Ciseau d'utiliser aussi WeChair. Et nous tablons sur 1000 coiffeurs à domicile utilisateurs de la plateforme courant 2020. L'essentiel de notre chiffre d'affaires restera néanmoins centré sur notre activité historique", poursuit-il.

Après deux levées de fonds en 2017 et début 2019, respectivement d'un million d'euros (business angels stéphanois principalement) et de 3,2 millions (fonds d'investissement Matmut Innovation, 123IM et UL Invest), la startup a d'ores et déjà inscrit dans son plan de marche 2020 une nouvelle levée de 8 à 10 millions d'euros.

"Nous n'avons pas encore lancé les démarches mais ce sera bien au programme de l'année prochaine", annonce Naël Hamameh.

Objectif : doubler l'effectif dans la foulée et atteindre un socle de 5000 salons partenaires dès 2021.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2019 à 23:59 :
Avec le rabotage de l’ACCRE et l’augmentation des charges pour les micro entrepreneurs prévu au 01 janvier 2020, l’affaire ne semble pas si simple, moi personnellement je n'investisserais pas un centime. Bon courage quand même le Ciseau

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :