Sigoplast, histoire d’une renaissance après la catastrophe

 |   |  382  mots
(Crédits : DR)
Deux ans après l’incendie qui avait ravagé l’intégralité de ses 4 000 m² de locaux, le concepteur d'emballages plastiques Sigoplast a su retrouver une dynamique de croissance.

Neuf millions d'euros en 2016, 7 millions d'euros en 2019. La PME familiale altiligérienne n'a pas encore retrouvé son niveau d'activité d'avant la catastrophe. Mais elle remonte peu à peu la pente.

La catastrophe ? L'incendie qui a ravagé l'intégralité de ses locaux de Saint-Pal de Mons (Haute-Loire) en septembre 2017. Le 24 septembre 2017, très exactement. Arnaud Roule, troisième génération à la tête de l'entreprise spécialisée dans la fabrication d'emballages plastiques pour l'agroalimentaire, s'en souvient encore précisément.

" Nous avions quitté Sainte-Sigolène quelques années auparavant pour investir dans de nouveaux bâtiments. Tout notre travail est parti en fumée ! "

"Nous sommes en phase de reconquête"

Pourtant, il y a quelques jours, le dirigeant inaugurait son nouvel outil de travail. Un bâtiment flambant neuf de quelque 5000m², équipé de machines dernière génération. Le montant exact de l'investissement n'est pas communiqué mais représenterait " plusieurs millions d'euros " selon Arnaud Roule.

Une renaissance rendue possible par les indemnisations de l'assurance évidemment, mais aussi par le travail mené pour maintenir, malgré tout, une partie de l'activité.

" Nous nous sommes réinstallés rapidement dans des locaux provisoires et nous avons pu assurer une partie de la production grâce à une autre entreprise du groupe familial, Multisac, installée près du Puy-en-Velay ".

Finalement, le niveau d'activité a pu être maintenu aux deux-tiers.

" Certains clients sont partis car ils ne pouvaient attendre, d'autres nous ont fait confiance. Nous sommes désormais en phase de reconquête ", affirme le dirigeant.

Retrouver en 2020 le chiffre d'affaires avant incendie

Objectif : retrouver en 2020 le chiffre d'affaires d'avant incendie. Pour cela, Arnaud Roule compte bien s'appuyer sur l'historique de son entreprise créée dans les années 60 et rapidement devenue un acteur important du bassin plasturgiste altiligérien.

" Nous misons aussi beaucoup sur notre R&D et notre travail, notamment, sur les matériaux recyclés. Nous proposons déjà une gamme biodégradable et recyclable. Nous voulons accélérer sur le sujet, même si ce marché reste encore annexe car il existe des freins techniques et financiers à son développement ".

Pour accompagner la croissance de Sigoplast, une dizaine de salariés supplémentaires devrait être recrutée d'ici fin 2020. Ils viendront compléter l'équipe actuelle de 30 personnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2019 à 22:42 :
Bravo il y a encore des gens plus que courageux ..... en plus des "auvergnats"
Cela nous change des assistés .... imaginons une France avec cet état d'esprit ....notre pays serait vraiment dans le top 5 mondial économiquement et les problèmes actuels seraient surmontés .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :