Agriculture : comment le Sommet de l'élevage favorise la coopération agricole France Afrique

 |   |  616  mots
(Crédits : DR)
Le marché de la viande va exploser en Afrique dans les prochaines années. Le développement de l'élevage en Afrique de l'Ouest doit faire face à de nombreuses contraintes. Elles pourraient trouver des solutions à travers une coopération Nord Sud avec des partenaires techniques et financiers internationaux œuvrant dans le secteur. Les partenaires potentiels se sont retrouvés au Sommet de l'élevage.

Pour la première fois en 28 ans, les pays de l'Afrique de l'Ouest (Sénégal, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger, Cameroun...) étaient invités d'honneur du Sommet de l'élevage.

Lire aussi : Sommet de l'élevage : toujours plus d'exposants à Clermont-Ferrand

Les délégations officielles de ces pays étaient accueillies avec un programme spécifique.

"La demande en produits carnés devrait exploser dans les prochaines années. Nous sommes un grand pays d'élevage. Nous ne travaillons cependant pas à la même échelle qu'ici", commentait Elhadj Abbadé Abouba, ministre de l'agriculture du Niger.

L'économie des pays d'Afrique de l'Ouest repose essentiellement sur le secteur rural qui occupe plus de 80% de la population active. L'agriculture et l'élevage constituent actuellement environ 50% du PIB global de la région et procurent 52,50% des emplois. Mais le développement du secteur fait face à de nombreuses contraintes qui pourraient trouver des solutions à travers une coopération Nord Sud avec des partenaires techniques et financiers internationaux œuvrant dans le secteur.

"La présence de l'Afrique de l'Ouest au Sommet de l'élevage visait avant avant tout un objectif de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :