Une cité du cinéma à Saint-Etienne

 |   |  541  mots
(Crédits : Michel Rizzi)
La friche stéphanoise Jtekt va reprendre vie grâce au projet porté par les entrepreneurs Damien Charitat et Nicolas Darne, ainsi que par le comédien Michel Rizzi. L’ambition : créer un pôle dédié aux Télécoms et au numérique.

15 millions d'euros d'investissement, le projet porté par l'entrepreneur Damien Charitat et le professionnel de l'immobilier d'entreprise Nicolas Darne est ambitieux. D'ici quelques semaines, ils devraient signer le compromis de vente des 35 000m² (dont 18 000 bâtis) du quartier de la Rivière à Saint-Etienne désertés par Jtekt en 2014.

Les deux hommes affichent un objectif : faire de ce gigantesque espace un pôle numérique baptisé TEN, pour Télécoms, Energies, Numérique.

"Il s'agirait d'avoir sur Saint-Etienne Sud, un équivalent au BHT (Bâtiment des Hautes Technologies implanté sur le nord de la ville NDLR)", explique Damien Charitat.

Leur programme prévoit de rénover et commercialiser les 2/3 de ces espaces, en vente ou location, à des entreprises positionnées sur des activités en lien avec la thématique du lieu (une trentaine de lots prévue).

Le reste des bâtiments, 6 000m², sera consacré à la formation. Les activités de Damien Charitat (100 personnes), dont Logic Académie des Télécoms et la compagnie des Télécoms et Réseaux, quitteront ainsi leurs locaux actuels pour se déplacer de quelques dizaines de mètres.

"Pousser le potentiel cinégique de Saint-Etienne"

Plus inattendu, un projet en lien avec le cinéma émergera au cœur de cet espace. Damien Charitat s'est associé au comédien, scénariste et réalisateur stéphanois Michel Rizzi pour créer une "Cité du Cinéma".

Celle sera constituée de 1504, une société de production cinématographique lancée il y a quelques jours par les deux hommes et de l'association C3 également portée par Michel Rizzi, pour développer une activité de formation autour des métiers techniques de la production et du tournage.

"Notre ambition est de professionnaliser ces métiers sur notre territoire, avec un plateau de bonne qualité et des formations courtes adaptées aux besoins du cinéma d'aujourd'hui qui sont bouleversés par les technologies du numérique ", explique Michel Rizzi, précisant ainsi du même coup la logique du lien entre ses activités et celles de son associé.

Et d'ajouter : "nous voulons faire connaître Saint-Etienne auprès des producteurs parisiens, pousser le potentiel cinégique de la ville. Bien sûr, il y a le Pilat et Saint-Victor-sur-Loire, mais pas seulement !".

Soutenus par le Medef et le Département dans leur aventure, Damien Charitat et Michel Rizzi planchent par ailleurs sur un concept de formation dédié aux 12/18 ans, inspiré de l'école Tumo en Arménie. Celle-ci délivre à des jeunes des formations gratuites en art et technologies, de quelques heures par semaine. Cet établissement arménien, aux principes pédagogiques très innovants, a d'ailleurs déjà fait des émules en France puisqu'une école Tumo autour de la création numérique a ouvert ses portes à Paris à la rentrée 2018.

"Nous allons organiser une mission exploratoire au mois d'octobre pour bien cerner les enjeux et le fonctionnement", annonce Damien Charitat.

En attendant, la société de production 1504 démarre d'ores et déjà ses activités. Un court métrage "Après la pluie", va être tourné cet automne. Un galop d'essai avant un tournage plus important, dans quelques mois, d'une série autour de l'immobilier, " Immolife".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :