Santé : Keranova lève 24 millions d’euros pour lancer son traitement de la cataracte

 |   |  474  mots
La startup stéphanoise clôture une levée de fonds de 24 millions d’euros. Elle a développé une technologie innovante pour le traitement de la cataracte.

Trois ans après un premier tour de table à cinq millions d'euros, Keranova vient de lever 24 millions auprès de ses actionnaires historiques Mérieux Equity Partners et Supernova Invest, rejoints notamment par Financière Arbevel, Tourrette Investissement et d'autres partenaires internationaux.

Cette levée de fonds doit porter Keranova jusqu'au lancement commercial programmé en 2021. Ces fonds permettront notamment à l'entreprise d'accélérer le déploiement technique et d'obtenir les autorisations réglementaires nécessaires.

"C'est un énorme soulagement pour moi et une vraie reconnaissance pour l'entreprise car dans ce tour de table, nous avons de vrais spécialistes", souffle Fabrice Romano, cofondateur de la startup.

Un robot aux 11 brevets

Depuis sa création en 2015, l'entreprise développe une technologie chirurgicale non invasive pour traiter la cataracte grâce à un robot utilisant un laser ultra rapide associé à une imagerie destinée au chirurgien. L'opération dure moins d'une minute grâce à un process protégé par 11 brevets.

"Nous progressons assez rapidement puisqu'en décembre dernier, nous avons pu traiter nos premiers patients humains dans le cadre d'essais cliniques. Les résultats sont exceptionnels. Les robots ne remplaceront pas le chirurgien mais ils permettent d'éviter les aléas humains. Ils sont plus rapides et plus fiables", s'enthousiasme Fabrice Romano.

Satisfait, il précise que la feuille de route industrielle annoncée dès 2016 a été suivie, jusqu'ici, à la lettre.

Keranova présentera dans les prochains jours son robot chirurgical lors du congrès de l'ESCRS (Société européenne de la Cataracte).

"Ce sera un moment particulier pour nous car jusqu'ici, nous étions restés relativement discrets. 15 000 spécialistes du monde entier seront présents lors de cet évènement".

A 56 ans, l'homme n'en est pas à sa première réussite. Figure de la medtech lyonnaise, il avait déjà créé Eye Tech Care en 2008, spécialisée dans la robotisation de la chirurgie du glaucome. Une entreprise dont il s'est retiré de l'opérationnel en 2014 mais dont il est toujours le principal actionnaire. Eye Tech Care avait levé, au total, plus de 20 millions d'euros.

Lire aussi : [Les transformateurs] Fabrice Romano, le visionnaire

Un marché gigantesque

Créée suite aux trouvailles d'ingénieurs de l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne sur un laser femto seconde modifié, Keranova emploie actuellement une trentaine de personnes, une vingtaine de nouvelles embauches sont programmées d'ici 2021. Les deux tiers de l'équipe sont à Saint-Etienne, le reste est basée en région lyonnaise. Le robot devrait également être fabriqué dans la région stéphanoise.

Fabrice Romano ne souhaite pas s'engager sur un objectif mais évoque un marché pesant 10 milliards de dollars, avec près de 30 millions de patients dans le monde. A ce potentiel déjà gigantesque s'ajoutera d'ici 2025, ceux de la myopie et de l'astigmatisme. Des pathologies pouvant faire appel à la même technologie, selon le dirigeant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2019 à 10:07 :
Une avancée qui, si elle se confirme , mérite le prix Nobel .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :