La Mutualité Française se structure en Auvergne-Rhône-Alpes

 |   |  428  mots
(Crédits : DR)
Les unions territoriales Loire/Haute-Loire et Puy-de-Dôme ont décidé de fusionner afin de former une seule organisation sur les trois départements. Objectif : renforcer leurs positions pour un meilleur service aux patients.

L'union territoriale de la Mutualité Française Loire Haute-Loire SSAM a approuvé, il y a quelques jours, la fusion avec son homologue du Puy-de-Dôme. La nouvelle organisation, qui devrait naître officiellement en novembre prochain, pèsera 91 établissements de santé (9 établissements sanitaires, 56 établissements de distribution de biens et services, 26 établissements médico-sociaux), 2 160 salariés et un chiffre d'affaires de 180 millions d'euros. La seule Mutualité Loire Haute-Loire représentait à elle seule 65 établissements, 1 850 salariés et un chiffre d'affaires de 158 millions d'euros.

"L'idée n'est pas du tout d'être hégémonique sur le Puy-de-Dôme mais bien de partager les bonnes pratiques, dans un esprit de complémentarité", affirme, catégorique, Pascal Haury, président de la Mutualité Française Loire Haute-Loire SSAM.

Développement de l'offre

Créée en 1902, la Mutualité Française regroupe la majorité des mutuelles de santé et de prévoyance (563 à ce jour). Sa mission : défendre leurs intérêts. De façon pratique, elle est organisée en unions régionales jouant un rôle politique et de prévention, et en unions territoriales. Ce sont ces dernières qui gèrent des établissements de santé privés, ouverts à tous les patients. Elles sont soutenues financièrement par les mutuelles présentes sur leur territoire, au prorata de leur implantation locale.

De ce fait, la Mutualité Française Loire Haute-Loire dispose principalement du soutien d'Eovi Mcd, à laquelle elle est historiquement intimement liée. Sa gouvernance est principalement assumée par cette organisation. Pascal Haury, président de la Mutualité française Loire Haute-Loire SSAM est ainsi, par ailleurs, administrateur d'Eovi Mcd.

Un leadership clair qui fait pour l'instant défaut à l'Union Territoriale du Puy-de-Dôme et qui nuit à son bon développement. "C'est le cas dans d'autres territoires de France où il n'y a pas de mutuelle prédominante. Personne ne prend le leadership", explique Pascal Haury. En fusionnant les deux unions, la nouvelle entité sera ainsi fortement soutenue, dans sa globalité, par Eovi Mcd.

"Nous pourrons construire ensemble un plan de développement plus ambitieux. Nous allons envisager plus facilement la création de nouveaux établissements sur le Puy-de-Dôme. D'autre part, les établissements déjà existants pourront rejoindre Eovi Mcd Santé et services", poursuit le président.

Cette dernière entité regroupe sept unions territoriales du quart Sud-Est de la France ainsi que des Unions Eovi Mcd. Soit, au total, 160 établissements.

"Notre objectif est de mieux mailler l'ensemble du territoire et d'offrir les services les plus adaptés, avec un reste à charge le plus faible possible", milite Pascal Haury.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :