VTC  : comment Kapten veut se faire un nom aux côtés d'Uber à Lyon

 |   |  542  mots
(Crédits : CC0 Public Domain)
Renommé Kapten, le service de VTC ex-Chauffeur Privé entend accélérer son activité dans la métropole lyonnaise. La plateforme intègre de nouveaux chauffeurs et lance une offensive pour accroître sa notoriété. Avec l'objectif de s'installer comme un "solide numéro 2 du secteur".

Un nouveau nom et de nouvelles ambitions lyonnaises. L'application parisienne de mise en relation entre clients et chauffeurs VTC ex-Chauffeur Privé, rebaptisé Kapten depuis février dernier, est entrée dans une phase de "redynamisation" de sa présence dans la métropole.

Disponible à Lyon depuis 2015, l'app détenue par le groupe Daimler s'est, jusque-là, principalement déployée auprès d'une clientèle professionnelle au travers de son offre business. Avec sa nouvelle dénomination qui se veut plus internationale et à la connotation "moins élitiste", elle cible désormais le grand public lyonnais.

"Le nom de Chauffeur Privé, qui pouvait laisser penser que l'on pratiquait des tarifs onéreux, était décalé de la réalité. Le choix de Kapten permet donc de casser cette perception. Reste désormais à le faire savoir à la population lyonnaise pour qu'ils soient tentés par une première expérience sur notre plateforme. Je considère la région lyonnaise comme un territoire extrêmement porteur qui est amené à avoir une forte croissance", commente Antoine Lieutaud, le nouveau general manager France de Kapten.

Multiplier par deux le nombre de ses clients lyonnais

Pour se faire une place aux côtés du solide numéro 1 du marché Uber avec un service et des tarifs similaires, Kapten, qui revendique 60 000 utilisateurs dans la région lyonnaise - un chiffre invérifiable - et 8% des parts de marché, mise sur quelques points de différenciation. A l'image d'un programme de fidélité pour récompenser les clients ou encore la possibilité de réserver des courses jusqu'à un mois à l'avance.

" Nous avons également fait le choix de la proximité avec les utilisateurs grâce à un service après-vente fort d'une trentaine de collaborateurs qui prennent en considération les demandes en cas de soucis liés à une course ou pour des objets oubliés dans les voitures. Cette expérience utilisateur plus humaine est ce qui nous différencie de nos concurrents", vante Antoine Lieutaud.

Porté par cette nouvelle stratégie BtoC en plus de sa clientèle business, l'application compte désormais multiplier par deux le nombre de ses clients lyonnais d'ici à la fin de l'année. Kapten multiplie les partenariats locaux pour gagner en notoriété (à l'image d'une offre promotionnelle à l'occasion de Nuits Sonores) et prévoit de lancer une campagne de communication à la rentrée.

750 chauffeurs espérés à la fin de l'année

Le groupe déclare également avoir récemment fait gonfler les rangs de ses chauffeurs indépendants, avec l'objectif de porter ses effectifs à 750 dans la région lyonnaise d'ici à la fin de l'année. Pour attirer des chauffeurs, Kapten fait valoir "une meilleure rémunération" que celle pratiquée chez Uber avec des commissions de 20% contre 25% pour le leader du marché.

"Notre clientèle business est aussi amenée à faire des courses plus longues et donc plus onéreuses, notamment à destination de l'aéroport Saint-Exupéry", poursuit Antoine Lieutaud.

Le manager général fait aussi valoir un accompagnement des chauffeurs qui travaillent pour la plateforme. Outre une (courte) formation au moment d'intégrer les nouveaux venus, Kapten joue également la proximité avec un service interne dédié permettant un lien humain avec les indépendants qui composent son vivier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :