Dagard va ouvrir un centre de service à Lyon

 |   |  470  mots
(Crédits : Capture d'ecran Dagard You Tube)
Déjà bien ancré, à Toulouse et en Creuse, Dagard cherche à s'implanter à Lyon avant fin 2019.

Déjà bien ancré, à Toulouse et en Creuse, Dagard (380 salariés, référent français des revêtements adaptés aux environnements contrôlés de type salles propres (milieu hospitalier, industrie pharmaceutique et cosmétique) et chambres froides (industrie agroalimentaire), isolantes souhaite s'implanter à Lyon avant fin 2019.

"20 % de notre chiffre d'affaire provient de nos clients d'Auvergne-Rhône-Alpes. Ouvrir un centre de service à Lyon nous permettra d'etre plus réactifs et nous rapprochera des marchés", explique Luis Borges, le président directeur général de Dagard.

Ambitions internationales

Outre Lyon, celui qui vient d'intégrer le groupe européen groupe Purever Industries, souhaite s'étendre en Alsace et dans les Hauts-de-France mais également poursuivre son déploiement à l'étranger, dès qu'un pays ou une région du monde le justifie.

Néanmoins, Dagard, qui livre déjà dans 70 pays, souhaite se positionner sur des marchés à fort potentiel comme l'Asie, le Moyen-Orient, les Pays du Golfe et les Etats-Unis. Objectif affiché de cette nouvelle stratégie : accroître les parts de marché de l'entreprise à l'international (l'export représente 25% de son chiffre d'affaires) et faire valoir son savoir-faire en termes de produits et de services, tout en renforçant les projets clé en main.

"Nous évoluons sur un marché qui bouge sans cesse et qui est aussi très compétitif. Pour garder notre place de référent européen et devenir un acteur reconnu à l'international, nous avons adapté nos process et fait évoluer nos produits. Nous avons repensé notre organisation interne, investis dans la formation des jeunes, étoffé notre présence en région et fait le choix de l'innovation pour mieux répondre aux besoins de nos clients. Nous travaillons également sur de nouveaux matériaux et notamment sur un prototype de panneau biosourcé pour répondre aux préoccupations environnementales", poursuit Luis Borges.

Le pari de la formation

Pour y parvenir, comme devenir référent du "clé en main" qui représente aujourd'hui 10% du marché (activité allant de la conception en bureau d'études jusqu'à la mise en service du projet global), l'industriel souhaite internaliser le volume de ses prestations de montage et de pose, activité jusqu'ici sous-traitée lors de la réalisation de ses chantiers.

Ainsi, l'entreprise historique de la Creuse forme actuellement, dans toutes les régions dans lesquelles il a une forte activité, des poseurs/monteurs polyvalents susceptibles de rejoindre ses rangs. Dagard espère, en deux ans, former 300 jeunes ou personnes en reconversion professionnelle.

Objectif : disposer de 2 à 4 équipes régionales capables de réaliser des chantiers clés en main. Les emplois créés sont non délocalisables et répondent aux besoins du marché.

En complément, l'entreprise prévoit de recruter 70 nouveaux profils, parmi lesquels de nombreuses femmes pour féminiser ses postes de cadres dirigeants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2019 à 8:41 :
Pour info,les salaires chez dagard,c'est les salaires de la peur!!! pas de participation,pas d'interessement...un dessinateur bureau d'études avec 20 ans d'ancienneté est au smic...çà va peiner a recruter à ces tarifs là!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :