Loire : Becker Industrie veut entrer dans l’industrie du futur

 |   |  498  mots
(Crédits : DR)
A Montbrison, Becker Industrie veut moderniser son image. Le fabricant de peintures industrielles a lancé un nouveau plan stratégique à horizon 2023. A la clé, des investissements lourds dans les infrastructures et les conditions de travail.

Il a succédé à Jean-Pierre Genevay en juillet 2018, à la tête de Becker Industrie à Montbrison. Depuis, Ahmed Mastari, transfuge de Henkel et du concurrent AkzoNobel, planche sur un chantier d'envergure, celui de la modernisation de Becker (370 salariés pour un chiffre d'affaires de 170 millions d'euros en 2018).

Cette réflexion, co-construite avec le management en place, a débouché récemment sur un programme de développement, baptisé « Becker 4.0 2023 ». Au programme, quatre piliers majeurs : des infrastructures rénovées, des équipements modernes, du bien-être au travail et de la croissance profitable.

Un chef de projet, soutenu par un membre de la direction, a été nommé pour piloter la mise en œuvre de chacun de ces piliers.

Modernisation en profondeur

Becker Industrie, filiale française du groupe allemand Beckers lui-même propriété du Suédois Lindengrùppen, se présente comme le leader européen de la peinture industrielle liquide. Elle réalise l'essentiel de son chiffre d'affaires dans le coil coating. L'entreprise enregistre néanmoins 20 millions d'euros de chiffre d'affaires sur une activité dite ACE (peinture pour machinisme agricole et équipements pour TP).

Plusieurs...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :