VVF Villages diversifie ses gammes d'hébergement

 |   |  589  mots
A Megève, l'une des neufs résidences de VVF Villages
A Megève, l'une des neufs résidences de VVF Villages (Crédits : DR)
Après le camping en 2018, VVF Villages ouvre cette année des résidences de tourisme. Une nouvelle formule de séjour plus haut de gamme qui vient enrichir la palette de l'opérateur du tourisme social.

Né en 1958 avec la troisième semaine de congés payés, VVF Villages, dont le siège est à Clermont-Ferrand, incarne toujours pour beaucoup le tourisme familial et accessible à tous. Cet ADN forge encore aujourd'hui l'ambition du premier opérateur national du tourisme solidaire qui accueille en moyenne 400 000 vacanciers chaque année au sein de ses 91 établissements et affiche 80 millions d'euros de chiffre d'affaires.

"Nous réaffirmons le droit et la nécessité de vacances pour tous", martèle Martine Pinville, Présidente de VVF Villages depuis 2018.

La première condition pour relever le défi passe bien évidemment par une politique tarifaire adaptée aux revenus des vacanciers. Mais aussi, par une diversification des solutions d'hébergement. L'opérateur qui concentrait jusque-là son offre sur ses fameux villages, propose désormais une large palette en la matière.

Du camping aux résidences de tourisme

Un premier virage a été initié l'an dernier avec les Hypitipy, des toilés meublés installés dans les villages ou dans des campings. Avec ces installations, moins chers que les hébergements en dur, VVF Villages visait les familles ne bénéficiant d'aucune aide pour financer leurs vacances.

A l'inverse, cette année, les hébergements sont tirés vers le haut. Neuf résidences de tourisme vont venir enrichir la palette des destinations de l'opérateur de tourisme.

"Des résidences de très bon standing, implantées au cœur des stations de ski ou des villes balnéaires", précise Martine Pinville.

Les destinations sont prisées : Arcachon, Megève, Méribel, mais aussi Anglet, Saint-Cyr-sur-mer, Juan-les Pin, la Plagne, Larmor-Baden et les Angles. Une nette montée en gamme visant à satisfaire une plus large palette de clientèle.

Pour proposer cette nouvelle offre, VVF Villages s'est associé à la Caisse générale de prévoyance des caisses d'épargne (CGP) propriétaire de ces résidences confiées en gestion à VVF Villages.

"VVF est un acteur du tourisme social dont l'ADN est cohérent avec celui de la CGP et l'objectif social premier de nos résidences de loisir. En outre, son modèle économique est en accord avec le nôtre", commente Éric Le Lay, directeur général de la CGP.

S'engager pour les territoires

Si les hébergements évoluent, la stratégie reste la même. VVF Villages revendique ainsi plus que jamais son ancrage territorial.

"Nous organisons les activités proposées dans ces résidences avec des partenariats avec les communes", fait valoir la présidente.

L'objectif étant non seulement de proposer des vacances pour tous, mais aussi des vacances qui font sens. Mise en valeur du patrimoine et des traditions locales, loisirs construits au regard des ressources de chaque territoire sont autant d'ingrédients qui forment la base de la recette de VVF Villages pour proposer un "tourisme toujours plus solidaire et plus durable".

Des principes aussi déclinés dans la gestion de chacun des sites en privilégiant l'approvisionnement local et des équipements respectueux de l'environnement. Fort de ce positionnement éprouvé, VVF Villages veut désormais de faire école au sein de sa profession.

"Nous nous devons de diffuser aux autres structures touristiques l'ensemble de nos valeurs, de les « contaminer", afin qu'elles puissent toutes les adopter. Le tourisme est un outil fort de sensibilisation au "vivre ensemble"", défend Martine Pinville.

A tout juste 60 ans, le leader national du tourisme solidaire souhaite devenir "un opérateur de tourisme inclusif", capable d'emmener d'autres acteurs du tourisme dans son sillage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :