"Avec Deloitte, un divorce à l'amiable" (Jacques Bourbon, In Extenso)

 |   |  613  mots
(Crédits : DR)
Associé au cabinet de conseil et d'audit Deloitte depuis 27 ans, le groupe d'expertise comptable In Extenso (396 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018, 5 000 collaborateurs), dont le siège est à Lyon, vient de prendre son indépendance au terme d'un LBO d'ampleur qui a impliqué ses 220 associés. Pour Jacques Bourbon, le président Rhône-Alpes, cette opération va permettre à In Extenso d'accélérer sa digitalisation.

Qu'est-ce qui a poussé les 220 associés d'In Extenso - dont vous faites partie - à proposer une solution de reprise en interne lorsque vous avez su que Deloitte souhaitait se séparer de votre structure après une réorientation stratégique ?

Jacques Bourbon : Avec l'ensemble des associés, nous nous sommes posés une question : avons-nous envie d'être repris par un autre groupe n'ayant pas forcément la même stratégie ni la même organisation que la nôtre, qui repose sur une semi-indépendance au niveau régional ?

Nous nous sommes très vite positionnés pour dire que l'on voulait garder le business model et la raison d'être d'In Extenso. Et, pour cela, il fallait que les associés soient tous unis.

Ce qui a débouché sur un LBO de grande ampleur pour racheter la holding nationale d'In Extenso...

Oui, il s'agit d'un gros LBO et c'est la première fois que cela se fait à ce niveau (d'implication d'associés NDRL) dans l'expertise-comptable. L'opération a été rendu possible parce que nous étions déjà partiellement actionnaires, à hauteur d'un tiers du capital environ et d'un investissement personnel de chaque associé.

Le financement de cette opération a aussi été permis grâce au Crédit Agricole Centre-est qui devient actionnaire minoritaire d'In Extenso.

Qu'est ce que cette reprise d'indépendance va apporter à vos clients ?

Notre reprise d'indépendance va nous permettre d'investir pour accélérer notre digitalisation. On a déjà fait la dématérialisation, il faut maintenant gérer la datalisation. On va mettre le paquet pour aller au bout de la démarche.

La profession d'expertise comptable est en pleine mutation pour tendre vers le traitement de flux (gestion de data, automatisation...).

Nos collaborateurs vont donc passer moins de temps à saisir l'information, et plus de temps pour analyser, comparer et vulgariser cette information auprès des clients. C'est cela notre challenge, et les clients vont le sentir tout de suite.

Ces investissements dans la digitalisation n'étaient pas possible avec Deloitte, un groupe international qui dispose d'importants moyens financiers ?

Pour Deloitte, le big data au service des TPE n'était pas prioritaire. Après 27 années d'histoire commune, nous n'avions plus le même alignement stratégique.

L'indépendance nous donne l'opportunité d'aller plus vite et plus loin alors que notre ancien actionnaire de référence n'avait plus la même stratégie. C'est un divorce à l'amiable.

Autre conséquence de cette prise d'indépendance, In Extenso va désormais être davantage présent sur le marché des PME en plus de l'expertise comptable pour les TPE qui était votre cœur de métier...

En effet, le Groupe In Extenso se concentre désormais entièrement sur le développement de services à destination des TPE-PME, tant dans les domaines de l'expertise comptable que dans les domaines connexes : juridique, social, conseil en gestion, informatique, fusions-acquisitions.

Cela veut dire que nous allons investir dans des hommes pour élargir la palette de nos offres.

In Extenso affiche un objectif de croissance ambitieux de + 50 % au cours des sept prochaines années. Cela va-t-il passer par de la croissance externe ?

Le choix du groupe est d'abord de faire de la croissance interne, ce qui permet justement de financer de la croissance externe. Maintenant que nous sommes indépendants, nous pouvons intéresser des confrères qui ne souhaitaient pas intégrer un groupe international. Nous avons l'avantage d'avoir un poids national et un modèle où les hommes sont acteurs du développement régional avec une forte présence sur des sujets qui vont beaucoup faire bouger la profession, à l'image de la digitalisation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :