Addbike va poser ses roues en Allemagne et aux Pays-Bas

 |   |  353  mots
(Crédits : DR)
La startup lyonnaise qui commercialise un kit pour transformer son vélo classique en triporteur entame une levée de fonds. Elle doit accompagner son essor sur deux marchés européens à fort potentiel.

Addbike passe à la seconde étape de son plan de développement. Deux ans après le lancement, en France et en Belgique, de son châssis pendulaire à deux roues qui permet de transformer son vélo classique en triporteur urbain, la startup lyonnaise (130 000 euros de chiffre d'affaires l'an dernier, 6 collaborateurs) part à la conquête de nouveaux marchés à fort potentiel. A partir du printemps, son innovation doit être également commercialisée en Allemagne et aux Pays-Bas.

"L'utilisation du vélo est largement plus répandue dans ces pays qu'en France, ces marchés sont donc encore plus porteurs pour les vélo cargo", commente Christophe Defaix, le cofondateur d'Addbike.

Pour se faire une place dans ces pays où le vélo est roi, Addbike prévoit de développer très rapidement ses efforts commerciaux auprès des magasins de cycle locaux ou des plateformes de vente en ligne pour proposer à la vente son kit à monter soi-même. Elle s'attelle aussi à nouer des partenariats directement avec les fabricants de cycle, à l'image d'un premier contrat signé avec la marque allemande Vélo de Ville.

"Nous jouons auprès d'eux le rôle d'accessoiriste. Nous leur fournissons notre solution directement adaptée à leurs modèles pour proposer un vélo triporteur complet à le vente. Cela nous donne l'opportunité d'aller plus vite sur ces marchés", estime Christophe Defaix.

Objectif : lever 260 000 euros

Pour accompagner sa montée en puissance et son déploiement à l'international, la société vient d'entamer une levée de fonds sur la plateforme de financement participatif Incit'financement, avec l'objectif de récolter 260 000 euros.

"Ces fonds nous permettrons également d'engager d'autres partenariats avec des fabricants pour des usages qui pourraient être différents. Au-delà de notre châssis pendulaire déjà commercialisé, nous voulons étendre la gamme de produits pour répondre aux attentes du marché et devenir une référence en Europe sur le marché des accessoires de vélos urbains", affirme Christophe Defaix.

En attendant, la société vise son seuil de rentabilité en 2021, et ambitionne de réaliser plus de 5 millions d'euros de chiffre d'affaires par an d'ici à 5 ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :