Charles et Alice : les Etats-Unis en ligne de mire

 |   |  420  mots
(Crédits : DR)
L’entreprise drômoise Charles et Alice va investir 2,5 millions d’euros dans une nouvelle ligne de production aux Etats-Unis. Objectif : au moins 50 millions d’euros de chiffre d’affaires Outre-Atlantique dans les 5 ans. Un challenge ambitieux pour le spécialiste français des desserts aux fruits sans sucres ajoutés.

Le spécialiste drômois des desserts aux fruits sans sucres ajoutés (400 salariés) a réalisé en 2018 un chiffre d'affaires de 150 millions d'euros. D'ici à 3 ans, il espère dépasser la barre des 200 millions d'euros. L'objectif est ambitieux pour cette jeune marque née en 2011 de la fusion de Charles Faraud et Hero France. Les deux structures avaient été reprises, en 2007 pour la première et en 2010 pour la seconde, par Thierry Goubault.

Pour atteindre ses objectifs, Thierry Goubault tourne son regard avec insistance vers l'Ouest, du côté du marché américain. Charles et Alice y réalise déjà 13 millions d'euros de chiffre d'affaires, en marque de distributeur (MDD) principalement. Grâce à un investissement de 2,5 millions d'euros, une deuxième ligne de production va être installée au printemps prochain.

"Nous visons cette année 20 millions d'euros de chiffre d'affaires aux Etats-Unis et au moins 50 millions sous 5 ans... Et pourquoi pas 100 millions d'euros même ! Tout peut aller très vite, le potentiel est énorme!", annonce Thierry Goubault.

L'entrepreneur est confiant car ses produits ont réussi à séduire les Américains en peu de temps, grâce à des recettes adaptées aux goûts locaux. A tel point que Charles et Alice devrait bientôt commercialiser ses produits, Outre-Atlantique, sous sa marque propre.

Diversifications

Charles et Alice réalise aujourd'hui moins de la moitié de son chiffre d'affaires en MDD. Il y a 7 ans, avant le lancement de la marque Charles et Alice, la proportion dépassait les 70%. "Cette tendance va encore s'accentuer dans les prochaines années", annonce le dirigeant.

Comment ? Grâce à des diversifications et des innovations. Il y a 6 mois, la marque drômoise est sortie de son verger habituel pour se lancer dans la commercialisation de produits végétaux (yaourts à base de lait de coco et fruits par exemple). A l'automne dernier, Charles et Alice s'est également positionnée sur le marché des desserts aux fruits avec morceaux, alors que sa spécialité était jusqu'ici bien ancrée dans les textures lisses.

"Nous restons sur notre position historique et différenciante du sans sucres ajoutés, mais en allant chercher de nouveaux consommateurs", explique le dirigeant.

Pour s'approvisionner en fruits français, autre spécificité du groupe, l'entreprise a noué des partenariats avec des arboriculteurs locaux afin de créer des filières pérennes, notamment sur le bio.

"La question des approvisionnements est stratégique, c'est un vrai problème pour développer nos gammes bio", conclut le dirigeant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :