Mariage Spartoo-André : des négociations annuelles s’ouvrent sous tension

 |   |  1024  mots
Spartoo a officiellement repris les magasins André en juillet 2018
Spartoo a officiellement repris les magasins André en juillet 2018 (Crédits : DR)
Quelques mois après la cession du réseau de magasins André au site de vente en ligne Spartoo, les négociations annuelles (NAO) s’ouvrent dans un climat de tension. Les représentants des salariés s’inquiètent de l’avenir des 700 collaborateurs et 120 boutiques, et de la remise en cause des avantages existants jusqu’ici au sein de la marque André, dans un climat économique difficile.

Annoncée début 2018, la cession des magasins André au géant de la vente en ligne de chaussures Spartoo se sera finalement clôturée loin des micros, en juillet dernier. Car depuis l'annonce de cette reprise au printemps, le silence est de mise du côté de la société Spartoo, qui s'est refusée jusqu'ici à tout commentaire.

Alors que cette opération devait toutefois permettre au pure-player grenoblois de 400 salariés d'atteindre le seuil des 250 millions d'euros de chiffre d'affaires, l'intégration des quelque 700 nouveaux salariés et 120 boutiques d'André constituait un défi de taille pour le géant du e-commerce. Son pdg, Boris Saragaglia, avait d'ailleurs annoncé qu'il se préparait à investir "10 à 15 millions d'euros" dans les trois à cinq prochaines années à venir en vue de moderniser une cinquantaine de magasins de la marque et d'y intégrer notamment un nouveau système informatique.

Cependant, quelques mois plus tard, le dialogue social semble encore tendu entre les deux entités. Alors que les boutiques André s'intègrent peu à peu au réseau de son repreneur, notamment à travers l'installation et l'intégration des logiciels de caisse, les représentants des salariés parlent d'un...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :