Léa Compagnie Biodiversité : plusieurs millions d’investissements en Auvergne-Rhône-Alpes

 |   |  447  mots
(Crédits : DR)
Le groupe spécialisé dans l’alimentation et la cosmétique bio investit 10 millions d’euros dans la construction d’une nouvelle usine en Haute-Loire. Une opération s’inscrivant dans un plan global de 100 millions d’euros. D’autres sites de la région vont bénéficier de soutiens pour développer leur outil industriel.

En mars prochain, une nouvelle usine du groupe Léa Compagnie Biodiversité (420 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018, 1 350 salariés) ouvrira ses portes en Haute-Loire, sur la commune de la Séauve-sur-Semène. Le spécialiste de l'alimentation et de la cosmétique bio consacre en effet un investissement de 10 millions d'euros à cette unité de production destinée à la fabrication "d'un produit de rupture utilisant la technologie de l'extrusion", dévoile à peine Thierry Chiesa, directeur général d'Ekibio, filiale de Léa Compagnie Biodiversité historiquement implantée à Peaugres, en Ardèche, et directeur du pôle céréales et graines du groupe.

Cette nouvelle usine, en cours de construction, est située à quelques dizaines de mètres d'une autre entité du groupe produisant, notamment, le fameux pain de fleurs d'Ekibio.

"Nous démarrerons avec une dizaine de salariés puis nous monterons progressivement en charge pour atteindre probablement le même niveau que l'usine déjà existante (62 salariés NDLR)", poursuit le directeur général.

Des investissements pour la région

Cet investissement s'inscrit dans le plan de développement annoncé au printemps dernier par Charles Kloboukoff et Didier Perreol, respectivement président et vice-président de Léa Compagnie Biodiversité, désignés la semaine dernière lauréats des Chaptals 2018 (catégorie agriculture et industries agroalimentaires), une distinction qui consacre "les personnalités responsables des grandes réussites économiques françaises".

Ce plan prévoit une enveloppe globale de 100 millions d'euros qui seront injectés dans l'outil industriel et logistique du groupe dans les trois prochaines années. Objectif : coller à la cadence de la croissance du marché bio en France.

Plusieurs lignes de ce programme concernent la région. Outre la nouvelle usine de production alti-ligérienne, Lea Compagnie Bioversité a investi 3,5 millions d'euros en début d'année dans la nouvelle usine de production de salades fraîches de BPC-Kambio (42). Plus de 7 millions seront par ailleurs dépensés courant 2019 dans une nouvelle ligne de production pour l'usine de Peaugres.

Le groupe est organisé en 4 pôles, avec 14 sites de production : céréales et graines, fruits et légumes, plantes naturelles et plantes cosmétiques. Dans la région, il dispose de plusieurs sites : en Haute-Loire donc mais aussi à Chasse-sur-Rhône, à Peaugres (pâtes et biscuits), à Saint-Chamond avec Kambio et, depuis septembre dernier, dans la Drôme, grâce au rachat de l'entreprise Nateva (huiles essentielles, aromathérapie).

Depuis le site d'Ekibio, à Peaugres (220 salariés ; 100 millions d'euros de chiffres d'affaires en 2018), Thierry Chiesa pilote par ailleurs des usines basées en Camargue (riz), en Vendée (céréales sans gluten) et en Bolivie (activité historique du quinoa pour Ekibio).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :