Russie  : les raisons pour les PME d'y aller malgré tout

 |  | 809 mots
(Crédits : Reuters)
Trente sociétés et structures d'Auvergne Rhône-Alpes seront présentes au premier forum business franco-russe à Moscou fin septembre dans le cadre d'une mission organisée par la CGPME. Certaines de ces entreprises ont déjà une bonne expérience du pays d'autres sont novices.

"Il faut être persévérant. Il faut arriver à les convaincre de la qualité des produits. Il faut savoir que démarcher la Russie sera coûteux en voyages, en temps et en certifications. Les Russes se tournent de plus en plus vers la Chine mais ils préfèrent les Européens", exhorte Daniel Strazzeri, PDG de Tecofi, un spécialiste lyonnais de la robinetterie industrielle.

Ce dirigeant qui n'a pas peur de mouiller sa chemise s'en est allé conquérir ce marché il y a vingt ans. Il y a connu des hauts et des bas. Malgré la crise économique et les diverses contraintes à surmonter, la société de 110 salariés y effectue encore un quart de son chiffre d'affaires (35 millions d'euros en 2005) :

"Chaque semaine nous envoyons trois semi-remorques pleines", glisse le patron.

Et la transformation de son bureau de Moscou en filiale dotée d'une surface de stockage facilite la prescription de ses produits dans un pays incité, à son tour, à recourir au made in chez soi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2016 à 14:36 :
des piscines a St Petersbourg ?
c est sur que vu le climat, ca doit pas etre facile a vendre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :