Linksium, la SATT grenobloise mise sur la création d'entreprises

 |   |  504  mots
(Crédits : DR)
La société d'accélération du transfert de technologies (SATT) grenobloise met l'accent sur les créations d'entreprises. Avec un budget de 57 millions d'euros sur dix ans, la structure souhaite déjà , pour 2016, accompagner 16 fondations de startups à haute valeur technologique.

"Alors que la plupart des SATT défendent un modèle de transfert de technologie basé sur le licensing, notre structure se veut particulière, en s'orientant davantage sur l'incubation de projets de création d'entreprises et les prises de participation dans les startups", estime Gilles Talbotier, président de Linksium, la SATT qui rayonne sur l'académie grenobloise.

La prise de participation se fait en numéraire, puisque Linksium s'engage à prendre 10 % du capital initial de toutes les entreprises créées, et ce, de manière systématique.

Nées dans le cadre du Programme d'investissements d'avenir (PIA), les sociétés d'accélération du transfert de technologies (SATT), au nombre de 14 sur le territoire national, ont pour vocation de fédérer les cellules de valorisation des sites universitaires et laboratoires de recherches publiques, et in fine, d'encourager le développement des projets de recherche vers l'industrie.

57 millions d'euros de budget sur 10 ans

"La structure grenobloise a été labellisée en 2013, pour une création effective en juillet 2014", rappelle le président. Cette fondation a permis de fédérer plusieurs sites du pôle universitaire grenoblois, à l'instar du Grain...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/08/2016 à 23:14 :
Super ! Article apportant une information dans laquelle je me noie. Suis-je en période d'incubation ? de floraison ? de maturation ?

J'ai entrepris il y'a 27 ans, en pleine jeunesse, pour une entreprise concrète et locale dans son environnement. Pleine expérience mais je l'avoue, galère pour trouver un financement pour démarrer à l'époque 'car simple citoyen, voulant devenir son propre patron).
A présent, en pleine réorientation du parcours, riche en expériences.

Où pourrais-je trouver une place dans ce type de "société" : start up ou star off ?
a écrit le 30/08/2016 à 17:26 :
Magnifique. Non content de (sur)taxer les entreprises et les entrepreneurs, l'état a trouvé le moyen de taxer les entrepreneurs en leur piquant 10% dès la création, car ce "droit de cuissage" estampillé SATT est bien obligatoire.

Et tout ça pour financer quoi? et bien les salaires de cette nouvelle bourgeoisie d'Etat de l'innovation. Parce que figurez-vous que 57 millions de budget sur 10 ans, c'est pas suffisant pour payer leurs salaires énormes et complètement déconnectés de la réalité des entrepreneurs.

Quoi fiston, tu veux encore devenir entrepreneur?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :