Université Lyon-Saint-Étienne  : les 16 écoles d'ingénieurs créent AEILyS

 |   |  274  mots
(Crédits : Laurent Cerino/Acteurs de l'économie)
Le calendrier a été tenu. Les directeurs des 16 écoles d'ingénieurs de Lyon et Saint-Étienne se sont mis d'accord sur le nom de leur alliance et un programme de collaboration à bâtir, moins d'un mois après que le projet leur a été présenté par Frank Debouck, à la tête de Centrale Lyon.

AEILyS. C'est sous cet acronyme que les seize écoles d'ingénieurs de Lyon et Saint-Étienne, habilitées par la commission des titres d'ingénieurs, ont signé leur alliance, ce 2 février.

Cette organisation informelle, afin de ne pas créer une structure supplémentaire au sein de l'Université de Lyon-Saint-Étienne, servira de cadre pour fédérer des projets : ils devront être proposés par les directions des établissements et réunir cinq participants au moins pour être validés.

Parcours croisés

Objectif ? Soutenir la dynamique de l'Université (UdL), contribuer à la labellisation IDEX, dont le dossier a été déposé le 22 décembre, et accroître la visibilité et l'attractivité de cette communauté délivrant 3 856 diplômes par an. Un programme de collaboration sera bâti autour de plusieurs axes : initier des parcours croisés, créer des modules de formation, y compris sous forme de Mooc, partager des plateformes pédagogiques, porter des chaires et laboratoires en commun avec des industriels, mutualiser des équipements scientifiques, etc.

Écoles publiques et privées

Les choses ont été rondement menées. Le 6 janvier, Frank Debouck, directeur de Centrale Lyon, présentait l'initiative à ses homologues des 15 autres écoles publiques et privées, placées sous des tutelles différentes. Moins d'un mois plus tard l'alliance est sur pied.

Elle rassemble  l'INSA Lyon, l'École nationale supérieure des Mines de Saint-Étienne, Centrale Lyon, Télécom Saint-Étienne, l'ECAM Lyon, l'ENTPE, CPE Lyon, l'ISARA Lyon, Vetagro Sup, l'ENISE, Itech Lyon, l'Institut d'Optique, le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam Rhône-Alpes), ESME Sudria, l'École d'ingénieurs CESI et Polytech Lyon

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :