Sénégal, terre d'avenir pour le business auvergnat

 |   |  357  mots
Le pays a lancé plan sénégal emergent (PSE) avec des besoins dans les infrastructures, l'énergie, la santé, l'agro-industriel.
Le pays a lancé plan sénégal emergent (PSE) avec des besoins dans les infrastructures, l'énergie, la santé, l'agro-industriel. (Crédits : Reuters)
Le 1er forum Auvergne-Sénégal, qui se tenait jeudi à Clermont-Ferrand, a jeté les bases d'une future coopération économique entre les deux territoires.

Il régnait comme un air d'exotisme dans les locaux du Conseil régional d'Auvergne, jeudi !  A l'initiative d'entreprises auvergnates et sénégalaises, le 1er Forum Economique Auvergne- Sénégal s'est tenu à l'Hôtel de Région, à Clermont-Ferrand. Organisé par l'Agence Régionale de Développement Economique (ARDE) Auvergne, il a réuni une soixantaine de décideurs sénégalais et quatre-vingt dirigeants d'entreprises auvergnats en quête de marchés vers l'Afrique.

Porte d'entrée vers l'Afrique de l'Ouest

Au total près de 200 participants se sont pressés pour assister à des tables rondes, prendre date pour l'avenir ou tout simplement échanger des cartes de visite. Objectif affiché : mettre le cap prochainement sur le Sénégal pour faire du business. Il faut dire que ce pays, véritable porte d'entrée vers l'Afrique de l'Ouest, a des arguments à faire valoir : régime politique stable, croissance annuelle de 5% en 2015, dynamisme démographique et surtout volonté d'attirer des capitaux étrangers.

"Pour diversifier l'économie du pays et engager une dynamique de croissance durable, un ambitieux plan de développement intitulé Plan Sénégal Emergent (PSE) a été lancé. Nous avons de nombreux besoins dans les secteurs des infrastructures, de l'énergie, de la santé, de l'agro-industrie ou du numérique", est venu rappeler l'ambassadeur du Sénégal en France, Bassirou Séné, en véritable VRP.

De vrais besoins dans de nombreux secteurs

Des arguments qui n'ont pas échappé aux participants. Tous les plus grands noms de économie auvergnate ont répondu à l'appel : Michelin, Eiffage, 3I nature, Almérys les laboratoires Théa et encore bien d'autres.

"Le Sénégal est le seul pays de cette partie de l'Afrique à avoir un plan structuré pour développer son agriculture et il y a de vrais besoins en riz, en maïs et en blé", assure le représentant de Limagrain, leader mondial des semences potagères et 4éme semencier mondial.

Pour Hamid Berkani, président de l'ARDE. « Si, d'ici 3 ans, cinq à six entreprises ont développé leurs activités avec le Sénégal, nous aurons réussi ». Le rendez-vous est pris

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :