The Cosmo Company adapte sa technologie aux smart grids

 |   |  530  mots
Étude d'impact de nouvelles infrastructures de transport sur la qualité de vie à Versailles
Étude d'impact de nouvelles infrastructures de transport sur la qualité de vie à Versailles (Crédits : DR)
The Cosmo Company, startup Lyonnaise, spécialisée de la modélisation informatique de systèmes complexes planche désormais sur les réseaux électriques intelligents, smart grids. Après avoir développé des dizaines de modèles pour l'aménagement urbain et l'industrie pharmaceutique l'orientation vers l'énergie marque un changement dans la stratégie de la jeune entreprise.

En mettant au point une plateforme de modélisation numérique permettant d'expérimenter différents scénarii et de comprendre les impacts d'une décision sur l'ensemble d'un système, les fondateurs de The Cosmo Company savaient que leur champ d'action était quasiment infini. L'intuition se vérifie. Après avoir travaillé avec l'industrie pharmaceutique, développé un outil spécialement adapté à la modélisation de la ville, ils sont sur le point de lancer un nouveau produit.

Lancement prévu à la rentrée

Cette fois c'est le secteur de l'énergie qui est dans leur ligne de mire. « Le monde de l'électricité est en mutation, notamment sous l'impulsion du développement de nouvelles productions issues des énergies renouvelables, par le développement de l'usage des véhicules électriques et des capacités de stockage, et par la transformation du client consommateur en producteur - consommateur », observe Maël Ezzabdi, responsable marketing de The Cosmo Company.

Discrètement l'émergence de ces nouvelles productions bouleverse déjà le secteur. En amont d'abord, où la multiplication des sources de production oblige les opérateurs de transport électrique à construire de nouveaux réseaux intelligents : les smart grids. En aval aussi, puisque les consommateurs sont désormais parfois producteurs, ce qui implique là aussi de ne plus se contenter de les approvisionner, mais de rediriger ces surplus de production vers le réseau.

Sans compter la multiplication des distributeurs et les aléas climatiques qui perturbent les productions. Autant dire qu'une vision la plus juste possible des interactions entre cette myriade de nouveaux acteurs et phénomènes est devenue indispensable. The Cosmo Company a donc mis en œuvre des outils numériques prédictifs

« Nous devrions commercialiser notre nouvelle application à la fin de l'année », annonce Maël Ezzabdi.

Un changement de modèle à la clé

Le lancement de ce nouveau produit marque un changement de stratégie pour la jeune entreprise. Jusque là, The Cosmo Company répondait aux demandes de ses clients en travaillant avec eux à la modélisation de moult scénarii et éditait des logiciels à partir de sa technologie de modélisation. Demain, c'est ce dernier domaine qui devrait supplanter le premier.

« Nous souhaitons identifier des grandes problématiques complexes et créer des applications dédiées d'aide à la décision pour aider les décideurs à optimiser le design et les opérations de ces systèmes », résume le responsable marketing. Pour l'heure, The Cosmo Company ne dit pas quel sera le secteur retenu après celui de l'électricité, mais les 45 collaborateurs de la startup ne manquent pas de pistes. « Notre technologie est agnostique en terme de domaine mais nous nous concentrons sur les problématiques urbaines, l'énergie et les sciences de la vie », élude Maël Ezzabdi.

Forte d'une levée de fonds de 3.8 millions bouclée il y a un an, The Cosmo Company dispose désormais des moyens nécessaires pour explorer bien d'autres domaines et poursuivre son rythme de développement soutenu. Dans la discrétion, puisque si l'entreprise communique sur ses forces vives - 22 personnes en 2013 et 45 aujourd'hui -, elle ne dit rien de son chiffre d'affaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2015 à 13:00 :
Bravo !
Enfin, un positionnement proactif. alors que le reste du monde investit massivement dans les énergies renouvelables, nous restons entravés par notre modèle ultra centralisé.
Les leaders de demain se construisent aujourd’hui et on a déjà pris énormément de retard dans les systèmes de production photovoltaïque, les onduleurs, les systèmes de stockage et même les compteurs. D’ailleurs un simple compteur, même très cher, n’a aucune utilité, l’avenir est aux systèmes interconnectés et intégrés comprenant compteur, régulateur, onduleur,…
Même si les clients actuels ont peu de chances de devenir entièrement autonomes en termes de production d’électricité, il est évident qu’avec la baisse massive des prix des modules photovoltaïques et la baisse annoncée des batteries, les équipements vont prospérer. .D’autant plus que le prix de revient de l’énergie nucléaire augmente fortement et qu'il serait absurde de ne pas utiliser l’énergie gratuite du soleil.

Nous ne sommes qu’au début d’une véritable révolution, car les technologies vont évoluer très vite.
Même si les véhicules électriques rencontrent encore des problèmes d'autonomie et de temps de charge, des solutions se profilent déjà. Pour exemple l’expérience mise en place par un constructeur Français en Israël, était intéressante, par permutation rapide de batteries.
Chaque maison pourrait comporter un plusieurs jeux de batteries, chargées par l'énergie solaire et utilisées soit pour alimenter l'habitation, soit pour un véhicule...
Là aussi, vu les moyens investis en R&D, les progrès seront rapides.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :