Tronics Microsystems en bourse pour grandir plus vite

 |   |  401  mots
(Crédits : Reuters)
Le concepteur et fabricant de nano et microsystèmes Tronics Microsystems veut s'intéresser à toutes les applications. Il ambitionne de lever entre 9 et 12 millions d'euros sur le marché Alternext de Paris.

Tronics Microsystems prévoit de déposer 5 nouveaux brevets, en 2015. Ils s'ajouteront aux 25 que le concepteur et fabricant de nano et microsystèmes (aux fonctions de capteur et ou d'actionneur) dit avoir déjà en portefeuille. Certains brevets viennent du Leti (laboratoire du CEA de Grenoble) qui a développé la technologie M&NEMS, dite de rupture, et d'autres sont inventés en interne. « Ces  dispositifs miniatures connaissent un fort développement lié notamment à des systèmes électroniques de plus en plus petits et au nombre grandissant d'objets connectés », précise Pascal Langlois, CEO. Les applications sont nombreuses :  téléphones sans fil, tablettes, aéronautique (instruments de bord mesurant l'assiette de l'aéronef par rapport à l'horizon), drones professionnels (pour les stabiliser) ou encore les dispositifs médicaux à usage unique, débouché prometteur.

Croissance de 14 %

La société a démarré son activité en 1997 en se consacrant exclusivement à l'époque aux capteurs s'intégrant aux systèmes de recherche pétrolière. Jusqu'en 2012, Sercel, un équipementier spécialisé dans l'exploitation de pétrole, assurait plus de la moitié de son activité. A partir de 2013, correspondant à l'arrivée de Pascal Langlois, la société est allée chercher d'autres clients. Sa croissance s'en est trouvée dopée. Elle annonce une hausse de 14 % de ses ventes 2014 à 11,6 millions d'euros dont 40 % à l'exportation. Son résultat net était très légèrement bénéficiaire au premier semestre.

Une unité à Dallas

 La société, qui compte 88 collaborateurs, précise consacrer un peu moins de 3 millions par an à la R & D - bénéficiant du crédit impôt recherche et subventions dans le cadre de projets collaboratifs - et « investir entre 1 et 2 million d'euros » dans son usine de Crolles, en Isère. Elle possède une unité de production aux Etats-Unis, à Dallas, hébergée dans un site d'Honeywell, dans le cadre d'un partenariat qui remonte à 2008.

L'appui de Thales

Pour accélérer son développement et atteindre 40 millions de ventes prévisionnelles en 2018, Tronics Microsystems a lancé son introduction en bourse sur le marché Alternext. Son objectif ? Lever entre 9 et 12 millions en cas de sur allocation. Thales, autre partenaire, s'est engagé à apporter 6 millions (dont 3 millions servis en priorité). Avant opération, les fondateurs détiennent 20,49 % des actions, les investisseurs institutionnels 52,44 %, Sercel 15,43 % aux côtés d'Ixblue (5,4 %) et d'autres actionnaires (6,24). La période de souscription s'achèvera le 7 février.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :