L'artisanat rhônalpin en difficulté

 |   |  602  mots
(Crédits : reuters.com)
Le secteur artisanal rhônalpin connaît un nouveau recul de son activité en dépit d'une hausse de 3,6 % des entreprises. Dans un contexte difficile, la Chambre régionale des métiers de l'artisanat (CRMA) tente d'accompagner au mieux les artisans.

+ 11 %. C'est l'augmentation par rapport à fin 2013 du nombre d'entreprises artisanales qui se disent en sous-activités, soit 47 % d'entre elles. Un chiffre qui traduit les difficultés actuelles du secteur, qui pèse environ 27 milliards d'euros de chiffre d'affaires dans l'économie rhônalpine. Par ailleurs, « 31 à 45 % des entreprises ont des problèmes de trésorerie et le fonds de roulement des sociétés est au plus bas », analyse Alain Berlioz-Curlet, Président de la Chambre régionale des métiers de l'artisanat (CRMA).

Indicateurs au rouge

Parmi les quatre activités de l'artisanat, seule la fabrication se maintient au 1er trimestre 2014, mais à un niveau très bas. « Cela s'explique par un marché plus long et plus important », estime Alain Berlioz-Curlet. Le secteur des services (30 % de l'activité artisanale) connait un recul des indicateurs, où 56 % des entités se jugent en sous-activités. Dans le bâtiment, tous les indicateurs sont en replis. A titre d'exemple, 41 % des entreprises ont vu leur chiffre d'affaires diminuer. L'alimentaire fait face également à un ralentissement, après une reprise constatée pour les deux précédents trimestres.

Inquiétude autour de l'apprentissage 

En dépit des mauvais résultats, l'emploi reste assez stable, dans un secteur  qui représente 300 000 actifs, dont 254 000 salariés. Ainsi, 81 % des sociétés ont conservé le même nombre de salariés, 12 % ont supprimé des emplois, et 5 % ont embauché. « Cette relative stabilité s'explique par le savoir-faire, le réseau et la vie de l'entreprise des salariés », avance le président de la CRMA.

L''inquiétude porte également sur les contrats d'apprentissage, « l'avenir des entreprises et des savoir-faire » selon Alain Berlioz-Curlet. Après une diminution de 4 % dans la signature de contrats en 2013-2014, la CRMA s'attend à un nouveau recul.  « Les chefs d'entreprises n'ont pas de visibilité, pas de travail, d'où l'hésitation à embaucher des apprentis.» En Rhône-Alpes,12 % des salariés de l'artisanat sont des apprentis et près d'un artisan sur deux est issu de l'apprentissage.

Dans le même temps, les entreprises artisanales augmentent. Au premier trimestre 2014, le nombre d'entités s'élève à 123 800, en hausse de 3,6 %. « Il y a un vrai engouement pour l'entrepreneuriat artisanal », juge Alain Berlioz-Curlet. Mais ce fait cache également une autre réalité. Il en résulte une nécessité de créer une activité pour survivre. Se lancer est parfois la dernière alternative.  

CPMA en action

Dans ce contexte, la CRMA renforce son accompagnement auprès des artisans. En 2014, l'organisation change de paradigme, et souhaite aller plus loin que sa mission régalienne : « Nous voulons proposer une offre de service. Pour cela, nous devons être plus proches des artisans en allant directement à leur rencontre. Il va donc y avoir une modification radicale des comportements de nos salariés », explique le président de la chambre des métiers. Une révolution qui s'accompagnera du maintien de dispositifs existants, comme la Bourse régionale d'opportunités artisanales ou des stages préalables à la création d'activité.

Les différentes réformes territoriales (Métropole, fusion des régions...) ne modifieront pas les prérogatives initiales de la chambre. « Nous voulons conserver un maillage du territoire, de proximité, afin de conserver la richesse de notre milieu rural », développe Alain Berlioz-Curlet. Il a par ailleurs fait entendre la nécessité d'une collaboration étroite avec les différentes collectivités. Le président a également réaffirmé l'indépendance de la CRMA vis-à-vis des Chambres de commerce et d'industrie, face à toutes tentations de regroupement. Le chambardement territorial a déjà une conséquence : les élections de la CPMA ont été reportées au plus tôt à mars 2016. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2014 à 12:16 :
VOILA UN CONSTAT VERIDIQUE ? CEST LES APRENTIES DHIERS QUI ONT PRODUIT LES ARTISSANT D AUJOURDHUI ? RAISON DE PLUS POUR FAFORISSEZ L APRENTISSAGE A GRANDE ECHELLE???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :