Le biodistrict Lyon Gerland affiche ses ambitions

 |   |  582  mots
©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie
©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie (Crédits : Laurent Cerino/Acteurs de l'économie)
Cette nouvelle signature "biodistrict" présentée, mercredi 4 juin, répond à un marketing territorial s'adossant à un éco-système. Grands groupes et start up ont attesté du dynamisme lyonnais dans les sciences du vivant.

Le « biopôle de Gerland » s'efface pour le « biodistrict- Lyon-Gerland ». Le Grand Lyon a profité de Biovision, forum international qui s'ouvre ce jeudi, pour dévoiler cette nouvelle dénomination. « Nous voulions une signature pour regrouper encore davantage d' acteurs des sciences du vivant dans un lieu clairement identifié », a d'emblée justifié Gérard Collomb, le président de la Communauté urbaine.

« L'attractivité de Lyon se joue beaucoup sur des éléments de concentration, et ce biodistrict constitue un réel atout », a renchéri Jacques de Chilly, directeur de l'Aderly (Agence de développement économique de la région lyonnaise). Une opération de communication de plus, dira t'on. Sauf que ce marketing territorial met en avant un vrai éco-système s'appuyant sur des infrastructures comme le laboratoire P4, le Lyonbiopôle business center, la plateforme Accinov (salles blanches et modules de bioproduction).

Objectif : le top 10 mondial

L'objectif est de placer la métropole lyonnaise dans le Top 10 des sites majeurs d'implantation, en santé et biotechnologies, au niveau mondial. La compétition n'est pas mince avec des villes comme Oxford, Cambridge, Bâle, Boston ou encore New-York « qui développe un quartier un peu similaire à Gerland », a précisé le directeur de l'Aderly.

« Lyon a une compétence historique mondialement reconnue dans l'infectiologie et l'oncologie. Mais ce n'était pas suffisant. Le dynamisme et la volonté des différents acteurs, petits et grands, de travailler ensemble ont été déterminants pour maintenir et renforcer notre présence », a expliqué Eric Lambert, secrétaire général de Merial, filiale de Sanofi. Le groupe, qui compte près de 6.500 salariés dans l'agglomération, a choisi Gerland pour créer un centre des maladies infectieuses, un centre de services partagés qui regroupera mi-2015 un millier de personnes, dans les fonctions achat, informatique, finances aujourd'hui réparties dans plusieurs endroits y compris dans le Sud de la France. Et se doter d'un nouveau siège mondial commun à Sanofi Pasteur et Merial, en 2016.

Platine Pharma, Adjuvatis

Plus que les autres, les startups apprécient cet environnement porteur. « Merial et Sanofi sont de l'autre côté de la rue. Nous pouvons accéder à des programmes de R & D et des équipements », témoigne Stéphane Legastellois, directeur général de Platine Pharma Services. Fondée en 2011 par Transgène et Innate Pharma, à partir d'un projet mûri au sein d'un consortium public/privé, cette jeune pousse emploie désormais 22 collaborateurs accompagnant les sociétés pharmaceutiques dans le développement de leurs candidats médicaments ou vaccins. Encore plus jeune, Adjuvatis, biotech éclose en décembre 2013, à partir d'un brevet commun CNRS/BioMérieux, répond aux besoins des industriels du vaccin en leur fournissant un adjuvant bio-dégradable capable de remplacer les sels d'aluminium.

Start-up et ETI

Bertrand Lépine, président de Fab'entech, fondé en 2009 a annoncé la construction d'une unité industrielle en 2016 pour fabriquer des anticorps polyclonaux spécifiques. Forte de 16 salariés cette société a déjà bénéficié d'un soutien financier de 10 millions d'euros du Grand Lyon, de la DGSI et de Bpifrance. C'est pour se rapprocher de ses clients que Novasep, ETI lorraine fournissant des produits et services pour les sciences de la vie, va s'implanter à Gerland, avec 30 personnes, pour commencer. Quant Binah Baum, une chercheuse israélienne, elle a été conquise par Lyon où elle a donné naissance, en novembre 2013, à Alma Bio Therapeutics qui promet un traitement de rupture dans les maladies auto-immunes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :