Auvergne Rhône-Alpes : Une économie connectée à la santé

 |   |  680  mots
Article partenaire
(Crédits : Michel Pérès / Région Auvergne-Rhône-Alpes)
Avec plus de 1250 entreprises, la santé est un secteur économique majeur pour la région Auvergne-Rhône-Alpes. Le territoire accueille les sièges des plus grands groupes de la pharmaceutique et des infrastructures de pointe, uniques dans l'hexagone. La Tribune fait le point sur le poids de la santé en région.

Le dernier rapport de l'Institut Montaigne, baptisé Innovation en santé*, place le modèle lyonnais de santé en exemple et appelle à la création d'un "méga-hub" national en santé, basé en Auvergne-Rhône-Alpes. Il faut dire que les atouts de la région sont nombreux sur ce secteur. Le territoire est la 2e région française des industries de santé et le 1er centre de production de vaccin dans le monde. Il compte un des plus importants pôles de compétitivité français en santé : Lyonbiopôle et dénombre 150 sites industriels français.

Cet écosystème attire les grands groupes internationaux : Becton Dickinson, bioMérieux, Boehringer Ingelheim, Charles River, Genzyme, Medtronic, Merck, Pfizer, Roche Diagnostics, Sanofi Pasteur... Tous sont implantés en Auvergne-Rhône-Alpes. ETI et PME viennent compléter le tableau : Laboratoires THEA, Aguettant, Novasep, Thuasne, Biocorp, Adocia, Biomup, Erytech Pharma, EDAP TMS, Genoway, DTF Médical...

"En Auvergne-Rhône-Alpes, la santé représente un secteur important de 100.000 emplois. C'est une filière à fort potentiel que nous soutenons à hauteur de 110M€ en investissant chaque année pour accompagner les entreprises. Notre Région a la chance de bénéficier de la présence des plus grandes instances mondiales de la santé, avec un écosystème fort de 1250 entreprises et certains joyaux comme le 1er centre de productions de vaccins au monde. La Région Auvergne Rhône-Alpes a une vraie "carte" à jouer au niveau national et européen", résume le Président de la Région Auvergne Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez.

La santé : un marché réglementé et gourmand en R&D

Ces entreprises évoluent dans un cadre contraignant. Les coûts de R&D sont élevés, les temps de mise sur le marché d'un produit ou d'un service sont longs (au moins 7 ans) et réglementés. Le marché est immédiatement mondial, tout comme la concurrence ... Les acteurs sont fortement impactés par les datas et l'intelligence artificielle, qui sont au cœur des enjeux et des innovations en cours.

La Région a donc mis en place plusieurs dispositifs pour soutenir les entreprises de la santé dans leur développement, en collant au plus près à leurs problématiques. Tout d'abord en finançant le pôle de compétitivité Lyonbiopôle et le Cluster I-Care, qui animent l'écosystème et accompagnent les entreprises dans leurs projets d'innovation. Ils conduisent des actions collectives de filière et portent des projets innovants au bénéfice de tous les acteurs, à l'image du projet d'accélérateur Lyonbiopôle ou du Living Lab Santé I-Care inauguré en février 2019.

Un accompagnement international et structurant pour les filières

Un plan de développement à l'international (PDI) est également proposé par la Région pour permettre à des délégations d'entreprises de participer aux principaux salons mondiaux : Bio Etats-Unis, Bio Japon, Medica Allemagne...

La Région Auvergne-Rhône-Alpes participe aussi à la structuration de la filière via des outils de financement comme le PIA3 (partenariat État-Région). Grâce à ce dispositif, la filière microbiote s'organise en région. Il s'agit d'une piste thérapeutique prometteuse avec de nouveaux médicaments ciblant le microbiote. Ce dernier pourrait avoir des liens avec le système immunitaire et certaines maladies neuropsychiatriques (l'autisme, l'anxiété et la dépression) et neurodégénératives.

Des outils génériques mais adaptés à la santé

Enfin, les entreprises de la santé peuvent se tourner vers les dispositifs génériques de la Région. Certains sont même adaptés à leurs besoins à l'image de l'appel à manifestation d'intérêt TechMed qui aide les entreprises des technologies médicales à se mettre en conformité avec le nouveau règlement européen "Marquage CE dispositif médical 2020". En 2019, onze entreprises ont été sélectionnées pour en bénéficier. Parmi elles : MagIA Diagnostics, basée à Grenoble, qui réalise des analyses biologiques ultra-simplifiées. Une activité prometteuse : la pépite grenobloise a ainsi levé 1 million d'euros en 2018.

* l'Institut Montaigne Innovation en santé : soignons nos talents (mars 2018)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :