Faire des clauses sociales une opportunité pour recruter

 |   |  604  mots
Article partenaire
(Crédits : Michel Djaoui-SERFIM)
Depuis une dizaine d’années, de plus en plus de marchés publics sont soumis à des clauses sociales. L’idée ? Obliger les entreprises à embaucher des personnes en insertion. Souvent vécu comme contraignant, ce dispositif s’avère aussi une opportunité de former de nouveaux talents.

"Il y a longtemps que nous ne voyons plus les clauses sociales uniquement comme une contrainte", assure Emmanuel Guirand, responsable RH du groupe Serfim. Spécialisé notamment dans les travaux publics et l'environnement, ce groupe répond à de nombreux appels d'offres publics et a vu se multiplier ces dernières années les clauses sociales. L'idée de ce dispositif ? Booster l'insertion en obligeant les entreprises à réserver une quantité d'heures déterminées à des profils éloignés de l'emploi.

Un véritable casse-tête à première vue :

"Quand vous êtes sur un chantier, vous avez des délais à respecter, il y a de la pression. Intégrer des profils en insertion à ce moment-là, ça demande des efforts. Il faut du personnel pour les encadrer et leur transmettre les bases du métier. De plus, ce sont souvent des personnes avec des parcours professionnels compliqués. Cela demande une attention particulière", résume Emmanuel Guirand.

"Toucher des publics que l'on n'atteignait pas"

Néanmoins, au fil des années, le groupe s'est aussi rendu compte que ces clauses sociales pouvaient permettre de dénicher des talents. Une véritable bouffée d'air dans des secteurs où la pénurie de main-d'œuvre est complexe à gérer.

"Sur tous les profils que nous accompagnons, environ les deux tiers abandonnent rapidement. Mais cela veut dire aussi qu'un bon tiers se révèle être de très bons éléments", abonde le responsable RH.

L'an dernier, le groupe a dédié 15 000 heures de travail à l'insertion tous donneurs d'ordre confondus. Soit l'équivalent de 10 personnes en équivalent temps plein.

"Nous essayons de faire d'une obligation une opportunité. Certaines personnes sont formées en alternance pendant 6 mois, à la fois dans nos entreprises mais aussi au sein de groupements d'employeurs pour l'insertion et la qualification (GEIQ). Si cela se passe bien, il y a de grandes chances que l'on poursuive sur un CDI. On sait que la personne est compétente et qu'elle connaît la structure. Cela nous permet de toucher des publics que l'on n'atteignait pas auparavant", assure Emmanuel Guirand.

2 016 contrats de travail signés

Sur l'ensemble du territoire lyonnais, 2 016 personnes en insertion ont pu, grâce aux clauses sociales, obtenir du travail en 2018. Donneur d'ordre le plus engagé dans ce dispositif, la Métropole de Lyon a même vu 125 personnes accompagnées être embauchées en CDI à la suite d'une clause sociale l'an dernier. Un chiffre encourageant.

"Les entreprises ont des pénuries de main-d'œuvre dans de nombreux secteurs. Si ces clauses sociales permettent d'y répondre en partie, tout le monde est gagnant", résume Maxime Bontemps, responsable RH de la Maison métropolitaine d'insertion pour l'emploi (MMI'e).

La Métropole de Lyon, via la MMI'e, a également un rôle de conseil et de sourcing auprès des entreprises concernées par ces clauses sociales. Des sociétés qui sont d'ailleurs de plus en plus hétéroclites. Alors que le BTP était majoritaire avant 2017, un effort a été fait pour toucher d'autres secteurs. Nettoyage des locaux, entretien des espaces verts, transport et logistique, restauration..., de nombreux métiers ont intégré le dispositif. Une vraie satisfaction pour Maxime Bontemps :

« Cette diversification permet d'offrir plus de choix à nos publics et d'impliquer un panel de sociétés différentes. On peut aller encore plus loin mais je trouve qu'il y a une vraie prise de conscience. Nous travaillons pour environ 40 donneurs d'ordre différents et construisons la qualité de notre service grâce à un dialogue permanent avec les maîtres d'ouvrage et les entreprises ».

L'insertion devient ainsi l'affaire de tous.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :