Ces entreprises pour lesquelles l'homme est bon

 |   |  629  mots
(Crédits : DR)
On les appelle les entreprises libérées. Elles font sauter hiérarchie, statuts, défendent un management collectif, le « nous » plutôt que le « je ». Leur credo : l'homme est bon ! Les neurosciences, en brandissant un cerveau humain câblé pour l'empathie, leur donnent raison. Exemple avec Teractem.

Les 60 salariés de Teractem, aménageur et opérateur pour les collectivités locales, basé à Annecy, s'en souviennent précisément. C'était le 1er juillet 2013. André Barbon, jusque-là directeur adjoint, prend ses fonctions de directeur général.

Il brandit La belle histoire de Favi, l'entreprise qui croit que l'homme est bon, ouvrage de Jean-François Zobrist, et se lance dans un discours révolutionnaire. Hiérarchie, statuts, pouvoirs, pratiques de management : il faut tout faire sauter. Apprendre à travailler autrement, ensemble.

« Ce livre avait été une révélation pour moi. Ce qu'il raconte est tellement vrai. Alors pourquoi ne l'applique-t-on pas ? », interroge Axelle Milochevitch entrée chez Teractem en 2012 comme secrétaire générale.

Contrairement à certains salariés sceptiques, elle l'accepte sans sourciller. Et devient, comme directrice adjointe, la cheville ouvrière de cette révolution : faire de Teractem « une entreprise libérée ».

L'autre n'a pas forcément tort

« Teractem était une entreprise très commande, contrôle, une armée mexicaine avec des chefs, des sous-chefs. En outre, elle emploie principalement des ingénieurs, des techniciens, pour qui la relation humaine n'était pas une priorité. »

Cette libération passe par une meilleure communication, des formations pour diffuser une autre manière de travailler. On y parle communication non violente, pensée positive. Chaque salarié passe le test MBTI (un outil d'identification des dominantes psychologiques des personnes).

« Pour ne pas rester sur sa vision, mais comprendre celle de l'autre et surtout comprendre qu'il n'a pas forcément tort. »

Axelle fait venir des conférenciers, en particulier des spécialistes des neurosciences.

Concrètement, la barrière des places de parking saute, tous comme les places réservées aux cadres. D'ailleurs, tout le monde peut se dire « cadre ». Chacun pose ses congés, même pour un après-midi, comme il le souhaite, l'intéressement aux résultats financiers est le même pour tous.

Des communautés de pratiques par métier se constituent (il y a les spécialistes du foncier, de l'eau, de la gestion des marchés publics, de la construction, etc.) pour œuvrer collectivement, sans chef.

« C'est le premier frein, lâcher le pouvoir, renoncer à l'ego », souligne Axelle Milochevitch.

Pas de retour en arrière

Ils sont partis vent debout, ont fait exploser toutes les barrières,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :