Frank Debouck (Centrale Lyon) : "Je veux hisser les ressources propres à 60 %"

 |   |  404  mots
(Crédits : DR)
Frank Debouck, reconduit à la tête de l'école Centrale de Lyon début novembre, veut diversifier l'offre de formation, accroître le nombre d'étudiants étrangers et l'autonomie financière au cours des cinq prochaines années.

Acteurs de l'économie-La Tribune : Réélu le 1er novembre dernier à la direction de l'école Centrale de Lyon, vous proposez de mettre cet établissement dans une trajectoire pour 2030. Pourquoi 2030 alors que votre deuxième mandat s'achèvera en 2021 ?

C'est un objectif de positionnement à 15 ans de l'école. Et se projeter dans un temps plus long permet de donner une continuité et de faire face aux ruptures. La mondialisation va s'accélérer et se renforcer. Les réalités économiques, scientifiques, sociales et surtout environnementales seront bien plus complexes et le cadre des décisions s'en trouvera profondément modifié. Fort de la bonne connaissance que j'ai acquis de l'école durant mon premier mandat, j'espère avoir réussi sa transformation d'ici à 2021. En cinq ans on peut faire des choses.

Quels sont les leviers sur lesquels vous allez agir pour faire évoluer et développer l'ECL au cours des cinq prochaines années ?

Il faut défendre la marque scientifique Centrale, une école d'ingénieurs à la française. Il y a cinq établissements en France et quatre à l'international. Nous allons en ouvrir un cinquième au Brésil.

Il faut que nous diversifions notre offre de formation, d'où le...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :