Entrepreneuriat : quand l'Université de Lyon "benchmark" aux USA

 |  | 702 mots
Lecture 4 min.
Béatrice Frézal de l'Insa Lyon prend des notes lors de son passage au CIC de Cambridge. Elle compte sur ce voyage d'étude aux USA pour renforcer l'entrepreneuriat au sein de l'école d'ingénieur.
Béatrice Frézal de l'Insa Lyon prend des notes lors de son passage au CIC de Cambridge. Elle compte sur ce voyage d'étude aux USA pour renforcer l'entrepreneuriat au sein de l'école d'ingénieur. (Crédits : Maxime Hanssen/ADE)
Financements innovants, mutations culturels à mettre en œuvre, décloisonnements des étudiants...L'Université de Lyon, en visite aux Etats-Unis mi-février, compte bien s'inspirer des méthodes étasuniennes pour accélérer le développement de l'entrepreneuriat dans ses établissements.

"Nous repartons décomplexés de notre séjour américain. Nous avons la méthode et le contenu pédagogique. Il nous reste à changer d'échelle". Au terme d'un voyage d'étude à Boston et Cambridge, villes hôtes de prestigieuses universités américaines (Harvard, MIT), Béatrice Frézal est rassurée. La responsable de la filière Ingénieur et Entrepreneuriat de l'Insa Lyon estime que l'établissement est "dans le mouvement" pour favoriser l'émergence de l'entrepreneuriat.

"Ici, rien ne semble exceptionnel, renchérit Pierre Poizat, directeur de l'incubateur de l'université Lyon III. Mais il y a une efficacité, un pragmatisme et des moyens d'une autre dimension", tempère-t-il.

Si le monde universitaire lyonnais se veut optimiste, il n'empêche qu' il existe toujours un écart entre les propositions françaises et celles d'outre-Atlantique. De quoi, donc, "benchmarker" les meilleures...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :