L'Université Savoie Mont Blanc face au "choc démographique"

 |   |  502  mots
(Crédits : Didier Bert)
L'Université Savoie Mont Blanc comptera cette année un millier d'usagers supplémentaires comparativement à l'année dernière, soit près de 8% de hausse. Loin d'être temporaire, cette croissance est appelée à perdurer, affirme Denis Varaschin, le président de l'université, qui parle même de « choc démographique » pour décrire ce qui attend son institution.

Le président de l'Université Savoie Mont Blanc (USMB) s'inquiète de la capacité matérielle de son institution à faire face à la hausse de 42% des effectifs d'ici cinq ans.

L'USMB comptera plus de 14 000 usagers (étudiants et auditeurs de la formation continue) dès cette année, et elle devrait atteindre la barre des 20 000 en 2020, a souligné M. Varaschin, lors de la conférence de presse précédant la cérémonie officielle de la rentrée universitaire, jeudi soir, sur le campus d'Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie).

Dynamisme local

Cette croissance des effectifs s'explique par la tendance nationale, elle aussi orientée à la hausse, mais pas seulement : cette année, la croissance des effectifs de l'université savoyarde est 50% plus importante que la moyenne des universités françaises.

L'USMB profite du dynamisme du territoire et de la qualité du travail réalisé par les enseignants-chercheurs de l'institution, affirme Denis Varaschin, tout en expliquant se retrouver face à un « choc démographique ».

Pas de barrière à l'entrée

« On ne refusera pas d'étudiants », précise Denis Varaschin, en référence aux décisions de plusieurs tribunaux administratifs qui ont suspendu des refus d'inscription à Nantes, à Bordeaux et à Grenoble cet été. « Mais il faudra mettre en face les moyens nécessaires en bâtiments et en personnels », prévient le président de l'USMB.

Or, l'université des Pays de Savoie peine déjà à accueillir les effectifs en cette rentrée. Faute d'amphis de taille suffisante, six cours magistraux, habituellement donnés sur le site de Jacob-Bellecombette, dans l'agglomération chambérienne, ont dû trouver refuge au centre de congrès du Manège à Chambéry.

Parer au plus pressé

Face à une hausse des effectifs particulièrement marquée en Droit, en Psychologie et en Lettres, Langues et Sciences Humaines, « une fois qu'on a joué sur l'amplitude horaire, en étirant les journées jusqu'à 20 heures et les semaines jusqu'au samedi matin pour optimiser l'utilisation des amphis, et qu'on n'y arrive plus... », souffle Jean-Pierre Béguin, vice-président Patrimoine et développement durable, qui a négocié un tarif avec le centre de congrès. « On a paré au plus pressé, mais cela a un coût. »

Avec la hausse continue des effectifs durant les années à venir, « nous ne pouvons plus faire l'économie de nous tourner vers des partenariats extérieurs », ajoute M. Béguin.

Pas de solution dans la distance

Denis Varaschin a aussi récusé l'idée que la solution réside dans l'enseignement à distance. « Certains vous expliquent qu'on va faire des économies substantielles avec l'enseignement numérique, explique le président de l'USMB. Mais si ces technologies sont employées de manière simpliste, elles aboutissent à taux de réussite effroyables. Les formes modernes d'enseignement et de recherche nous demanderont davantage de moyens, même à effectifs constants. »

CHIFFRES CLÉS

  • Université Savoie Mont Blanc
  • Plus de 14 000 usagers répartis sur les sites d'Annecy-le-Vieux, Le Bourget-du-Lac, Jacob-Bellecombette et Chambéry.
  • 706 enseignants-chercheurs
  • 551 personnels administratifs, de recherche et de soutien
  • 117 600 mètres carrés de surface

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :