A Saint-Etienne l'université oriente sa fondation vers les PME

 |   |  392  mots
La Fondation de l'université Jean-Monnet rassemble une dizaine d'entreprises dont Casino, SNF et Nexter.
La Fondation de l'université Jean-Monnet rassemble une dizaine d'entreprises dont Casino, SNF et Nexter. (Crédits : YP)
Trois ans après sa création, la fondation de l'université Jean-Monnet (Saint-Etienne) s'est constituée un noyau dur de grandes entreprises partenaires. Deuxième étape : se faire connaître des PME du territoire.

Lancée fin 2011 sous l'impulsion de Khaled Bouabdallah, la Fondation de l'université Jean-Monnet (UJM) compte aujourd'hui une dizaine de grandes entreprises partenaires : Casino, HEF, Sigvaris, SNF Floerger, Clextral, Thalès Angénieux, le Crédit agricole Loire Haute-Loire, Nexter, le CHU et la CCI de Saint-Etienne. « L'objectif était de constituer un noyau dur d'entreprises comptant parmi les fleurons du territoire, des entreprises emblématiques et exemplaires qui croient vraiment en l'université et qui ne soient pas là seulement pour la photo », explique Khaled Bouabdallah.

Encore mal connue

Aujourd'hui, la Fondation entame une nouvelle phase de son développement en s'ouvrant plus largement aux entreprises du tissu économique local. A ce titre, elle organise, le 15 octobre prochain, à l'auditorium de la Cité du design, une soirée de présentation à destination des chefs d'entreprises du territoire. L'événement, inauguré par Cédric Villani (médaille Fields 2010), se déroulera en présence de Philippe Maurin-Perrier (co-président HEF groupe et président de la fondation) ainsi que Jean-Charles Naouri (PDG du groupe Casino, président d'honneur de la Fondation). « C'est un premier événement public pour cette jeune Fondation qui reste encore mal connue, y compris au sein de l'université, souligne le président de l'UJM. Nous l'organisons pour donner envie à d'autres entreprises de nous rejoindre. »

Un MOOC en projet

L'insertion professionnelle des étudiants est l'un des principaux axes de travail de la Fondation. « C'est une grande question et nous savons que nous ne pourrons pas la résoudre seuls dans notre coin », justifie Khaled Bouabdallah. La Fondation finance entre autres un projet de MOOC (cous en ligne ouverts à tous) autour de cette thématique, afin d'aider les étudiants à se préparer à la vie active. Elle organise également des job dating, des conférences, attribue des bourses (bourses au mérite, attractivité internationale, prix d'excellence...) et met en place des rencontres entreprises / laboratoires afin de fciliter le transfert technologique.

Ticket d'entrée

Pour les entreprises fondatrices, le ticket d'entrée est de 50 000 euros par an. La Fondation consacre chaque année 200 000 euros au financement de ses diverses initiatives. Le solde est capitalisé dans l'optique de renforcer à l'avenir sa capacité d'action. « A terme, nous souhaiterions pouvoir mobiliser 500 000 à 600 000 euros par an, note le président de l'UJM. Dans quelques années, quand la Fondation sera bien installée, nous pourrons lancer des campagnes de dons. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :