Quand les maladies chroniques infestent le travail

 |   |  1559  mots
(Crédits : REUTERS / Régis Duvignau)
Cancers, dépressions, sida... on assiste à une montée en puissance des maladies chroniques bousculant considérablement le monde du travail. Des salariés malades quittent temporairement leur emploi, reviennent, se fragilisent. Alors que l'incertitude domine, l'entreprise doit s'adapter, rester performante et humaine.

« Je suis frappé par l'augmentation des cas. Dès que l'on parle de maladies chroniques, il faut comprendre que nous avons à faire à quelque chose de non maîtrisable et durable. C'est un sacré challenge pour l'entreprise », pose d'emblée Christian Musil, ancien directeur des ressources humaines chez Apicil. De nos jours, on soigne de mieux en mieux les cancers, et même si l'on n'en guérit pas toujours, on vit longtemps avec.

Dépressions, burn out, AVC

Dans le même temps, signe d'une époque minée par le stress, les tensions et l'incertitude, les maladies chroniques explosent : dépressions, burn out, AVC, pathologies cardiaques, etc. Surgit dès lors, toute une catégorie de personnes appelées malades chroniques. Des hommes et des femmes atteints de différents troubles mais bel et bien décidés à poursuivre leur activité professionnelle. Le travail comme une bouée, preuve d'une activité quotidienne. Au sein des entreprises se succèdent alors arrêts maladie, retours à l'emploi, mi-temps thérapeutiques, adaptations de postes, d'horaires, rechutes parfois de la maladie, etc. Les équipes proches du salarié malade montrent de la compassion, puis s'interrogent, se découragent, se crispent....

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2015 à 7:18 :
Dans un journal qui ne montre que des hommes c est incroyable que vous ayez pu trouver une photo de femme...mais associée a la maladie ça ne pouvait etre qu une femme

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :