EMLYON veut booster sa fondation

 |   |  545  mots
(Crédits : DR)
Plus de 500 étudiants de EMLYON perçoivent une bourse de la fondation EMLYON Entrepreneurs pour le monde. L’organisme envisage de doubler son budget d’ici trois ans pour suivre l’évolution sociologique des étudiants de l’école et assurer l’égalité des chances.

Ce n'est pas la plus connue des fondations lyonnaises. Sous l'égide de la fondation de France, la fondation EMLYON Entrepreneurs pour le monde a été lancée pourtant en 1993. Réactivée en 2010, cette discrète structure a pour mission de favoriser l'ouverture sociale, la diversité et l'égalité des chances, au sein de l'école de management. Dotée d'un budget annuel de 550 000 euros environ, la fondation vise à le doubler.

Égalité des chances

« Il y a 30 ans les étudiants de EMLYON étaient étiquetés "fils de bonne famille" et les promotions comptaient 80 personnes. Aujourd'hui, il y a plus de 1000 étudiants par promo, dont 5 à 600 boursiers », rappelle Jean-Claude Michel, président de la fondation EMLYON Entrepreneurs pour le monde.

Chaque année, la fondation de l'EM délivre plus de 500 bourses aux étudiants de l'école, en complément de celles du CROUS. 1,9 million d'euros ont ainsi été distribués en 4 ans, via 1662 bourses, comprises entre 500 et 2000 euros. Ce complément, permet d'assurer aux étudiants des moyens supplémentaires pour la vie quotidienne, leurs stages, le logement ou encore les déplacements, alors qu'une année scolaire coûte 11 000 euros.

Des aides en amont

La fondation octroie aussi des bourses spéciales, pour les frais de vie de jeunes entrepreneurs accompagnés par l'incubateur EMLYON et possède un fond pour les situations difficiles en cours d'année.

Mais elle opère aussi en amont avant le concours d'entrée par le biais du programme de mobilité « Trait d'union prépa  » (TUP). A la base il s'agit d'un programme de tutorat d'élèves de prépa issus de 6 lycées en Zep. Il prépare l'accompagnement et aussi les déplacements d'une quarantaine de prépa présentant les concours d'entrées. « Beaucoup de lycéens ne pensent pas à l'EM. Ils ne la connaissent pas, ou vu leur situation familiale, ils estiment que ce n'est pas fait pour eux » constate Alexis Lecerf, étudiant à EMLYON, boursier et participant au TUP.

« On a réalisé que certains candidats réussissaient le concours à l'écrit mais n'avaient pas les moyens de passer les oraux. Tous ceux qui ont le niveau d'intégrer EMLYON, ne doivent pas être empêchés de le faire pour des raisons financières » poursuit Jean-Claude Michel.

Objectif 1 million d'euros

Faute de moyens suffisants, la fondation limite actuellement les montants de ses bourses, selon les situations. L'EM cherche désormais de nouveaux soutiens pour atteindre d'ici trois à cinq ans un budget de 1 million d'euros pour sa fondation.

« La sociologie des étudiants a évolué très rapidement sur les 3 à 4 dernières années. Auparavant on n'en avait pas forcément la perception. Nous souhaitons augmenter notre budget car nous estimons qu'on est à la moitié de ce qu'on pourrait faire », souligne Jean-Claude Michel. La fondation EMLYON va désormais tenter de séduire mécènes, donateurs ou encore parrains. Elle se donne trois ans pour atteindre son objectif.

 

Le 15 avril, de 19h à 22h, une conférence est programmée à la CCI de Lyon sur le thème : "Entrepreneuriat et ouverture sociale, les liaisons vertueuses" avec Patrick Bertrand, directeur général de CEGID et Martin Hirsh, directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris et président de l'Institut du service civique.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :