L'entreprise, lieu de diffusion de la culture ?

 |   |  253  mots
(Crédits : Acteurs de l'Economie)
Les dirigeants sollicités dans le cadre de l'enquête « Culture générale et management » considèrent qu'il ne relève pas de leurs responsabilités d'être un levier de diffusion de la culture. Pourtant, dopées par les nouveaux dispositifs fiscaux, ces mêmes entreprises s'engagent désormais substantiellement dans des actions de mécénat. Paradoxe ?

« Non », affirme Frédéric Martel, enseignant à l'IEP Paris et auteur de « De la culture en Amérique » (éditions Gallimard). « En France, longtemps comités et directions d'entreprise se sont entendus sur l'utilité d'ouvrir les salariés à la culture, chaque partie avec ses propres desseins. Aujourd'hui, ces mêmes interlocuteurs sont aux prises à une importante distanciation. L'offre des CE, fortement collective et peu modernisée ne répond plus aux attentes, de plus en plus en plus individualistes des salariés. De leur côté, les dirigeants investissent de manière plutôt isolée dans le cadre de fondations ou de mécénat qu'ils décident au sein du comité de direction. Résultat, peu de personnes font de l'action culturelle un levier de dialogue social entre les partenaires sociaux. En cela, la France est loin des pratiques américaines. Là bas, les salariés sont fortement impliqués dans les actions de mécénat, mais celles-ci relèvent bien davantage d'initiatives philanthropiques individuelles. Nombre de patrons ont admis que la culture participe de manière décisive au capital de créativité des individus, lequel fait la différence dans la compétitive des entreprises. Google a compris que pour continuer d'innover, il lui fallait des collaborateurs ouverts à Jeff Koons ou à la photographie ». Des patrons qui ont eux-mêmes bénéficié du système d'enseignement universitaire nettement compartimenté qu'en France et qui permet au diplômé en philosophie d'accéder au plus haut niveau de responsabilité en entreprise.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :