Pulse Origin lève 1,3 millions d’euros pour rendre les salles de réunion intelligentes

 |   |  934  mots
Sa Pulse Box, destinée à faire disparaître les câbles des salles de réunion, se positionne comme un équipement universel, capable de rendre n'importe quel écran intelligent.
Sa Pulse Box, destinée à faire disparaître les câbles des salles de réunion, se positionne comme un équipement universel, capable de rendre n'importe quel écran intelligent. (Crédits : DR/ML)
La jeune entreprise grenobloise Pulse Origin, créée en 2015 à Grenoble en partenariat avec Grenoble INP, vient de finaliser sa seconde levée de fonds d’un montant de 1,3 million d’euros. Une opération qui devrait permettre à la jeune pousse, spécialisée dans le market du digital workplace, d’accélérer la commercialisation de sa box visant à supprimer les câbles vidéo des salles de réunion.

Deux ans après une première opération de 600 000 euros, la jeune pousse iséroise Pulse Origin a confirmé avoir bouclé sa seconde levée de 1,3 millions d'euros auprès de ses partenaires industriels historiques, que sont l'éditeur français spécialisée dans la digitalisation des espaces de travail ainsi que la société de conseil aux entreprises dédiée au digital, Saegus.

Une opération à laquelle participe également des investisseurs bancaires et institutionnels tels que Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, la Banque Populaire des Alpes, BPIfrance ainsi que des business angels.

Alors qu'elle enregistre un chiffre d'affaires de 600  000 euros en 2019, la société, qui compte actuellement 15 salariés, se prépare à vivre une nouvelle étape, à travers l'accélération de la commercialisation de ses "box", destinées à supprimer les câbles vidéo des salles de réunion.

Un outil qui se veut universel

Son système, basé sur le développement d'une box branché sur le réseau de l'entreprise et retransmettant son signal en wifi, se veut même universel peu importe l'équipement utilisé, et affiche sa compatibilité avec les technologies Airplay (Apple), Miracast (Windows) et Web-RTC (visioconférences).

"Il n'y a ainsi plus besoin d'avoir un accessoire ou une application, ni d'installer au préalable un logiciel pour pouvoir se raccorder. Toute l'intelligence se trouve dans la box, ce qui fait qu'il n'est pas nécessaire non plus d'opter pour une nouvelle génération d'écrans ou de vidéoprojecteur", ajoute Benoit Giroud, le président directeur général de Pulse Origin.

Face à ses compétiteurs, comme le fabricant européen de vidéoprojecteurs Barco, qui a entamé une reconversion de justesse à travers un accessoire USB permettant de réaliser des vidéoprojections, Pulse Origin mise non seulement sur l'universalité de son dispositif - qui n'utilise quant à lui ni prise USB ni accessoire spécifique -, ainsi que sur sa sécurisation, face à d'autres acteurs pouvant être basés en Asie.

"Nous garantissons la confidentialité des informations ainsi que le fait qu'aucune des informations n'est stockée dans la box tandis que l'information transite directement à travers le réseau de l'entreprise", explique Benoit Giroud.

La société assume en même temps son positionnement d'éditeur de logiciels embarqués, puisqu'elle achète l'ensemble de ses composants sur étagère à des fournisseurs en vue d'assembler ensuite sa box en interne.

A l'assaut du marché de la "digital workplace"

Après avoir vendu près de 2 500 Pulse Box sur le marché français du BtoB, la jeune pousse se prépare à ouvrir sept nouveaux pays en Europe, parmi lesquels l'Espagne, l'Italie, ou encore l'Angleterre.

Et se fixe l'objectif, d'ici trois ans, de "dépasser les 10 000 produits vendus tout en proposant des services additionnels intégrés".

"Le marché de la digital workplace, tous outils confondus, représente près de 13 milliards d'euros dans le monde en 2018 et s'apprête à passer à 35 milliards", indique le dirigeant.

Pour cela, Pulse Origin a conclu des accords de distributions au sein de chacun de ces pays, avec des acteurs spécialisés dans l'audiovisuel ou dans l'IT. A raison d'une "box" par écran, commercialisées à un tarif de 790 euros/pièce, la technologie de Pulse Origin se destine à la fois aux grands groupes possédant plusieurs salles de réunion, comme aux plus petites structures libérales, à l'image des cabinets d'avocats. Elle vise également les nouveaux espaces de réunion ou de confidentialités présents dans les entreprises tels que les "bulles" ou les écrans présents dans les halls d'accueil.

Nouveaux services

Elle devrait également en profiter pour plancher sur de nouveaux services pour ses utilisateurs, un paramètre qui constitue le nerf de la guerre sur le marché du logiciel.

"Notre partenariat avec l'entreprise SharingCloud pourrait nous permettre de bénéficier de son système d'affichage et de réservation des salles dynamique", explique Benoit Giroud.

Car en étant connecté à l'ensemble des systèmes informatiques de l'entreprise, un tel système permettrait de réserver une salle puis d'afficher automatiquement des informations essentielles à la tenue de la réunion sur les écrans, telles que le nom des participants, la durée restante de la réunion, ou encore l'arrivée des plateaux repas, etc. De nouveaux services d'affichage intelligents qui pourraient même être commercialisés dès le courant de l'année 2020, si l'on en croit le Ceo.

La jeune pousse rêve déjà de pouvoir nouer des partenariats avec les plus grands de son domaine, tels que les outils Skype, Microsoft Teams ou Klaxoon.

"Nous ne voyons pas ces solutions comme des concurrents, bien au contraire. Notre ambition serait même qu'ils puissent être hébergés dans notre produit", indique le Benoit Giroud, qui glisse que des discussions à ce sujet seraient en cours.

Il étudie également la possibilité de développer de nouveaux services, qui seraient commercialisés via une licence annuelle, comme le lancement de systèmes de votes ou encore le pilotage de certains paramètres liés à la salle (température, son, lumière, etc), dont les réglages seraient cette fois accessibles à partir d'une page web.

Pour accompagner ce développement, la société entend doubler la taille de son équipe d'ingénieurs, relocalisée depuis ce début d'année dans de nouveaux locaux de 270 m2. Située désormais à proximité de la gare de Grenoble, Pulse Origin claironne son ambition de "devenir la startup du centre-ville". Voire même d'y héberger prochainement une autre startup avec laquelle elle pourrait mutualiser son expertise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :