CES 2020 : L’isérois Hap2U dévoile son premier téléphone haptique

 |   |  912  mots
Grâce à une technologie embarquée dans un écran, l'Hap2phone de la société iséroise Hap2U est capable de reproduire des sensations telles que le clic d'un bouton, le toucher d'une molette ou d'un curseur.
Grâce à une technologie embarquée dans un écran, l'Hap2phone de la société iséroise Hap2U est capable de reproduire des sensations telles que le clic d'un bouton, le toucher d'une molette ou d'un curseur. (Crédits : DR)
La jeune pousse Hap2U sera, pour la 4e année consécutive, présente au CES qui se déroule à Las Vegas jusqu'au 10 janvier prochain. Elle en profite pour présenter son premier smartphone intégrant la technologie haptique capable de reproduire le sens du toucher. Elle y recevra son second Award pour cette prouesse technologique.

Un premier smartphone immersif et complètement haptique, fruit de plusieurs années de développement. C'est ce que présentera la société iséroise Hap2U lors de la prochaine édition du CES de Las Vegas. Grâce à une technologie, embarquée dans un écran, capable de reproduire des sensations telles que le clic d'un bouton, le toucher d'une molette ou d'un curseur, qu'elle est parvenue à miniaturisé à l'échelle d'un écran de téléphone.

"L'objectif était de pouvoir offrir à l'utilisateur une expérience très aboutie en trouvant des cas d'usage qui font du sens, comme d'offrir une sensation au bout du doigt lorsque l'on fait par exemple défiler sa liste de contacts", explique son Ceo, Cédrick Chappaz.

Une innovation pour laquelle la société a déposé pas moins de 15 brevets, et qui s'inscrirait plus largement dans une tendance de fond :

"Alors que les développements des dernières années étaient très orientés vers la définition des écrans, on voit que les fabricants tentent désormais d'offrir une plus grande qualité d'expérience utilisateur afin de rendre l'usage du smartphone encore plus intuitif", remarque le dirigeant d'Hap2U.

Ces évolutions iraient notamment de pair avec la suppression des boutons situés sur le pourtour de l'écran, ouvrant alors la voie à de nouvelles possibilités d'interaction avec celui-ci.

"Notre technologie va ainsi transformer notre façon d'interagir avec les écrans tactiles, en offrant aux utilisateurs une troisième dimension", estime Cédrick Chappaz.

La jeune pousse iséroise compte sur le CES pour nouer de nouveaux contacts, et remplir son ambition de commercialiser un premier appareil en partenariat avec constructeur sur le marché grand public, d'ici 2 à 3 ans.

"Pour l'instant, nous avons des discussions très avancées avec des grands noms de la téléphonie mobile et nous attendons aussi les retours des visiteurs du CES", poursuit-il.

L'équivalent de six mois de prospection commerciale

Hap2U sera présente, pour la 4e année consécutive, à la grande Mecque de l'électronique américaine. Avec une volonté particulière cette année :

"Nous avons décidé de marquer le coup en nous situant, non pas au rez-de-chaussée de l'exposition à l'Eureka Park, mais en prenant un stand de 40 m2 à l'étage afin que les visiteurs se projettent dans les différents usages (smartphones, automobile, équipement ménager, etc...)", affiche son Ceo.

Un investissement qui représente près de 150 000€ pour la jeune pousse (hors prototypes).

Hap2U devrait également profiter d'un coup de projecteur grâce à l'attribution d'un second Award, qu'elle recevra cette fois dans la catégorie "smartphones", en vue de récompenser son premier prototype haptique, l'Hap2Uphone, qui sera dévoilé lors du salon.

"Il s'agit d'une belle reconnaissance de notre travail et d'un véritable outil de promotion", concède Cédrick Chappaz, qui avait déjà obtenu un premier Award en 2017.

Une récompense d'autant bienvenue que, pour une jeune pousse tech comme Hap2U, être présent sur un événement comme le CES de Las Vegas équivaudrait lui-même à près 6 mois de développement commercial, en lui permettant de générer près de 300 contacts qualifiés en moyenne.

"Cela nous permet de gagner du temps. Sans compter que l'ensemble des acteurs étant sur place, c'est vraiment 'The Place to be' pour les innovations de rang mondial".

A tel point que certains constructeurs privilégieraient même désormais ce rendez-vous, plutôt que le salon de l'automobile de Détroit, qui a lieu quelques semaines plus tard.

"Il n'existe pas vraiment d'équivalent. Cela nous permet de nous adresser aussi bien aux acteurs chinois, japonais, coréens, américains et européens et même de rencontrer des entreprises françaises qui se trouvent au final non loin de chez nous !", estime le dirigeant.

Convaincre les plus grands

Quatre ans seulement après sa création, le chiffre d'affaires d'Hap2U a bondi de 100% au cours des trois dernières années et devrait atteindre le million d'euros fin 2019. Et Cédrick Chappaz compte bien sur sa présence au CES pour réitérer ce score, mais également pour séduire de nouveaux investisseurs, en vue de boucler un troisième tour de table, estimé à 15 millions d'euros, d'ici fin 2020.

"Nous recherchons des investisseurs qui soient capables de nous apporter des finances mais aussi un réseau en vue de faciliter notre déploiement technologique sur différents domaines", annonce-t-il.

La société avait d'ailleurs déjà récolté une première enveloppe de 500 000 euros en mai 2016, suivie d'une nouvelle ronde de 4 millions d'euros de la part du groupe Daimler (Mercedes) en juillet 2018. Depuis 2015, la jeune pousse a en effet connu une croissance exponentielle, en passant de 1 à 32 collaborateurs, et devrait encore doubler ce chiffre d'ici l'an prochain. A tel point que pour héberger ses salariés, celle-ci se cherche déjà de nouveaux locaux, toujours en terre grenobloise.

Hap2U conçoit et adapte sa technologie aux besoins des fabricants de différents domaines, soit l'automobile, les équipements industriels, ainsi que, plus récemment, le marché des smartphones ainsi que des fabricants d'électroménager. Avec, à chaque fois, la volonté de répondre à un enjeu : comment utiliser un écran digital sans avoir à le regarder continuellement ?

Avec, rien que dans le domaine des smartphones, un marché potentiel évalué à près de 350 millions de mobiles vendus chaque trimestre à l'échelle mondiale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :