Corail Artefact : le projet qui pourrait sauver la barrière de corail

 |   |  622  mots
(Crédits : DR)
En Haute-Loire, la SCOP Fontanille et l’artiste plasticien parisien Jérémy Gobé mettent au point une dentelle capable de potentiellement sauver la barrière de corail.

La SCOP Fontanille, près du Puy-en-Velay, une PME textile, reprise à la barre du tribunal de commerce fin 2012 par 40 de ses salariés, accueille en résidence l'artiste plasticien parisien, Jérémy Gobé.

Un partenariat qui pourrait sauver la Grande barrière de corail, en Australie. Pourtant, le projet Corail Artefact a émergé au détour d'un incroyable hasard.

De la dentelle au corail

Il est né à la suite du dernier FITE, le festival international des textiles extraordinaires (Clermont-Ferrand).

"J'aime travailler sur les enjeux contemporains et les savoir-faire en déclin. Le festival m'a mis en contact avec cette entreprise. Je suis arrivé sans aucune idée préconçue, je ne savais pas vers quel projet artistique nous nous orienterions", raconte Jérémy Gobé.

Mais l'artiste est rapidement frappé par la dentelle en points d'esprit de Fontanille.

"Pour avoir travaillé sur le corail par le passé, j'ai immédiatement reconnu dans cette dentelle la structure microscopique du corail. Tout correspond exactement. C'est stupéfiant. Ce point a été inventé il y a 450 ans, il est évident que la structure des coraux n'avait pas été étudiée à l'époque mais nous pouvons imaginer que ces formes sont...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :