"On va passer du monde de l'entrepreneuriat à celui de l'intrapreneuriat (Raise France)

 |   |  813  mots
Clara Gaymard et Gonzague de Blignières
Clara Gaymard et Gonzague de Blignières (Crédits : SB)
Persuadés qu'il est possible de concilier croissance, bienveillance et fonds d'investissement performant, Clara Gaymard, ancienne présidente de General Electric, et l'investisseur Gonzague de Blignières ont imaginé Raise, une société d'investissement (650 M€ sous gestion, 200 M€ en investissement) d'un nouveau genre. Ils livrent leur regard sur un monde entrepreneurial en pleine mutation.

ACTEURS DE L'ECONOMIE - LA TRIBUNE. Est-ce que l'entreprise traditionnelle est condamnée si elle ne se plie pas au changement ambiant ?

CLARA GAYMARD. "Tout le monde parle aujourd'hui d'Internet des objets (IoT), d'intelligence artificielle, de digital ou de robotique. Or, la réalité du changement n'est pas que technologique. Ce qui est en train de s'opérer, c'est un changement d'attitude, de comportement et de valeurs. Désormais, les entreprises qui marchent, ce sont celles qui partagent, qui sont généreuses et qui embarquent leurs salariés. Il ne s'agit pas de donner des "choses" aux salariés, mais plutôt de les rendre responsables en leur permettant de participer à un destin commun. L'entreprise, en étant généreuse, performe.

GONZAGUE DE BLIGNERES. "On va passer du monde de l'entrepreneuriat au monde de l'intraprenariat. Une entreprise ne peut plus vivre à côté des startups comme une jeune pousse ne peut plus vivre sans l'entreprise. Par exemple, prenez le cas de Socomore, une entreprise bretonne, que nous accompagnons, sous-traitante du secteur de l'aéronautique. Elle vient de construire son nouveau siège social dans lequel le patron a imposé 800 m2 d'incubateurs pour...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :