Transfert de technologies : 2017, année du décollage pour la SATT Pulsalys

 |   |  740  mots
Jean-Gabriel Grivé, PDG, d'Arskan, accompagné par Pulsalys.
Jean-Gabriel Grivé, PDG, d'Arskan, accompagné par Pulsalys. (Crédits : DR)
La SATT Pulsalys, Lyon Saint-Etienne, a encaissé ses premiers revenus en 2017 : 2,6 millions provenant de la facturation de ses prestations et la cession de droits d'exploitation de brevets, savoir-faire, etc. La structure, majoritairement détenue par l'Université de Lyon, emploie 37 collaborateurs et vise 45 nouveaux projets par an à compter de 2019.

Pulsalys, la SATT (Société d'accélération du transfert de technologies) Lyon Saint-Etienne fondée en décembre 2013* a reçu la promesse d'une dotation globale de l'Etat de 57 millions d'euros sur...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :