Au cœur de l'innovation des prochains Vélib' de Smoove

 |   |  735  mots
(Crédits : DR)
En début de semaine, le groupement Smoovengo a officiellement remporté le marché du Vélib' parisien pour les quinze prochaines années. A la tête de ce consortium, la jeune entreprise Smoove. Basée près de Montpellier, son bureau d'études est cependant situé dans la métropole lyonnaise, à Oullins. Dans un espace de 900 m², les ingénieurs imaginent le futur du vélo en libre service.

Un vélo circule le long des bandes blanches, s'arrête au passage piéton, et reprend son chemin. Cette scène se déroule non pas en pleine rue, mais dans les nouveaux locaux de Smoove, à Oullins (Rhône). La jeune société fondée en 2008 a récemment remporté le marché du Vélib' parisien. Nous sommes ici dans les 600 m² de l'atelier : une véritable piste a été dessinée afin de tester les vélos en libre-service de demain.

Dans ce nouvel espace, huit fois plus grand que le précédent à Chaponost, 24 personnes travaillent à temps plein. L'autre partie de l'équipe - une cinquantaine de personnes au total - se trouve quant à elle au siège de l'entreprise, à Saint-Gély-du-Fesc, près de Montpellier.

Vélo en libre service du futur

Le cœur de l'innovation, "le nerf de la guerre", se situe un étage plus haut, au sein du bureau d'études conception mécanique, mécatronique et logiciel. Dans cet espace en open-space, aucun deux roues ne circule. La décoration devient plus classique : des ordinateurs sont installés sur des bureaux verts et blancs construits avec des matériaux absorbant le bruit. C'est dans cet espace de recherche et développement qu'est inventé le vélo en libre service du futur, dont le Vélib' parisien.

Les vélos Smoove dans leur version parisienne reprendront les principales innovations de ceux déjà déployés dans des villes comme Montpellier, Strasbourg mais aussi Moscou ou Vancouver. A commencer par la fourche cadenas brevetée permettant de réduire les vols et le vandalisme. Ici, le "potelet" - autrement dit la borne - n'est pas électrique. Seul le deux roues l'est grâce au système "smoove box". Ce boitier électronique est placé dans la potence du deux roues. Il permet non seulement de sécuriser le vélo même en dehors de sa station, mais aussi de lire les cartes des abonnés, ou encore de connecter son smartphone en mode GPS.

Montpellier, Strasbourg, Clermont-Ferrand... Et bientôt Lyon ? Pour l'instant, la réponse est négative. Lors du dernier appel d'offre formulé par le Grand Lyon, Smoove n'avait pas pu postuler pour obtenir le marché du Vélo'v. La raison est simple : dans la métropole lyonnaise, le marché public pour le mobilier urbain support d'informations et de services de mobilité sont liés. Autrement dit, pour obtenir le marché des Vélo'v, il faut être annonceur publicitaire. En 2016, Smoove avait contesté cette non-séparation auprès du tribunal...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :