Santé : Bioaster décloisonne le tissu académique et industriel

 |   |  699  mots
(Crédits : Capture d'écran / Google Images)
Lancé en 2012, l'Institut de recherche technologique (IRT) Bioaster favorise le développement de projets dans le domaine de la santé. Mais pour faire émerger l'innovation dans le secteur plus particulier de la microbiologie, il se base sur un modèle spécifique : le développement de projets collaboratifs de type public-privé.

Au cœur du Biodistrict Lyon-Gerland, le bâtiment qui abrite le siège social de Bioaster n'est pas vraiment nouveau. Cependant, ce jeudi 2 février, il vient tout juste d'être inauguré. "Nous avons mis moins de temps à le construire, 15 mois, qu'à trouver une date pour son inauguration, 18 mois", sourit Philippe Archinard, président de cet institut dédié à l'innovation technologique en microbiologie et destiné à favoriser le développement des projets dans le domaine de la santé.

"Cependant ce bâtiment n'est pas une finalité. Il est au service d'un projet innovant", poursuit Philippe Archinard.

Il se place "au cœur de la stratégie" de Bioaster, puisque ses sept plateformes technologiques y sont installées, sur une surface de 3 600 m², dont les deux tiers sont consacrés aux laboratoires. De fait, "il permet de meilleures normes de qualification pour une translation plus rapide des résultats de la recherche dans le monde industriel", souligne Marie-Josée Quentin-Millet, directeur général de Sanofi Pasteur, un des fondateurs de Bioaster.

La construction de l'immeuble ainsi que l'achat des premiers équipements représentent un budget global de 14 millions d'euros. Pour le financer, la...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :