Sentryo collecte 2 millions d'euros pour protéger l'Internet industriel

 |   |  355  mots
(Crédits : @Sentryo)
La jeune pousse fondée par deux anciens d'Arkoon Software Security va recruter de dix à quinze collaborateurs supplémentaires pour commercialiser son produit en France et en Allemagne. Elle vise 50 sites clients d'ici à 18 ou 24 mois.

L'Internet industriel, dit de machine à machine, semblait à l'abri des cyberattaques il y a peu d'années encore. Ces réseaux pilotant les systèmes de production, de logistique ou encore les produits eux-mêmes sont devenus plus vulnérables parce qu'interconnectés avec le reste de l'entreprise, les sous-traitants et les partenaires.

C'est à leur protection que se consacre Sentryo, jeune pousse fondée mi-2014 par Thierry Rouquet et Laurent Hasermann, respectivement ex-PDG et ex-directeur technique d'Arkoon Software Security, vendu à Airbus Défense.

Un marché européen de 500 millions d'euros

Pour conquérir ce marché estimé à plus de "500 millions d'euros en Europe et plus d'un milliard d'euros, à l'échelle internationale", à l'horizon 2020, Sentryo vient d'obtenir 2 millions en fonds propres, souscrits par ACE Management et Rhône-Alpes Création.

"Chacun a apporté la moitié de la somme. Laurent Hasermann et moi-même conservons la majorité du capital", assure Thierry Rouquet.

Préalablement à cette première levée de fonds, conclue en "six mois", la jeune société localisée sur le campus de la Doua à Villeurbanne, dans le Rhône, a déjà reçu un financement de 400 000 euros de Bpifrance, en mai dernier pour finaliser son produit, baptisé ICS Cybervision.

Partenariat avec le CEA de Cadarache

Ces 2 millions d'euros serviront à lancer ICS Cybervision en France et en Allemagne, de façon concomitante. Sentryo qui emploie une dizaine de collaborateurs va recruter de dix à quinze salariés supplémentaires, pour occuper des fonctions commerciales et de marketing.

"À ce jour, six sites clients sont équipés en tant que pilotes", poursuit le président de la société.

Celle-ci a notamment noué une collaboration étroite avec la direction énergie nucléaire du CEA à Cadarache. Totaliser une cinquantaine de clients, d'ici à 24 mois, tel est l'objectif de la startup.

Concurrents internationaux

Ces ambitions doivent encore être concrétisées et Sentryo prévoit ensuite de partir à la conquête du reste de l'Europe et de l'Amérique du Nord. Mais il lui faudra procéder à une nouvelle augmentation de capital : entre sept et dix millions d'euros. Et parallèlement compter avec la présence de concurrents israéliens et américains.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :