Quand le robot Nao transmet ses connaissances à l'Homme

 |   |  490  mots
Peter Ford Dominey et le robot Nao en pleine séance d'apprentissage ÓInserm/Patrice Latron
Peter Ford Dominey et le robot Nao en pleine séance d'apprentissage ÓInserm/Patrice Latron (Crédits : Inserm/Patrice Latron)
Une équipe de l'Institut cellule souche et cerveau (Inserm/Université Lyon 1) a démontré que le robot humanoïde Nao doté d'une mémoire autobiographique est capable d'accumuler puis de transférer ses connaissances acquises d'un humain à un autre humain. Une avancée qui pourrait s'appliquer dans des domaines stratégiques.

Chez les êtres humains, l'apprentissage se fait par le partage et la transmission de l'expérience. Cumulée, synthétisée, elle est réutilisée au moment opportun grâce à la mémoire autobiographique. C'est elle qui contribue à construire l'histoire personnelle de l'individu, lui permettant de restituer un événement dans son contexte, le dater, le localiser voire y associer les personnes présentes.

Interaction entre humain et robot

En utilisant un mécanisme similaire, une équipe du laboratoire lyonnais de l'Institut cellule souche et cerveau, dirigée par l'américain Peter Ford Dominey, chercheur au CNRS, a réussi à créer un système grâce auquel un agent humain peut enseigner à l'humanoïde Nao de nouvelles actions (par démonstration physique, imitation visuelle ou commande vocale). Rassemblées en procédures et stockées dans la mémoire autobiographique du robot développée par les chercheurs, ces actions peuvent être restituées, si nécessaire, à d'autres agents humains.

"L'interaction entre le robot et l'homme est un sujet d'étude relativement rare. On a jusqu'à présent considéré le robot comme un exécutant. Nous avons travaillé sur la notion d'apprentissage et de restitution de la connaissance à un moment précis", souligne Peter Ford Dominey.

Applications industrielles et spatiales

Pour tester leur hypothèse, les chercheurs ont fait de Nao un assistant de la station spatiale internationale désormais capable de réparer une carte électronique endommagée. Grâce au souvenir de cet événement (la fameuse mémoire autobiographique), si cette même panne se reproduit, le robot peut montrer la réparation réalisée, répondre à des questions sur l'événement précédant tout aidant à la nouvelle réparation.

Si une panne légèrement différente se produit, le robot est capable de partager son expertise sur les défaillances de ce type tout en enregistrant les tâches à mener pour résoudre ce nouveau problème. Un rôle pivot particulièrement intéressant puisque l'équipage européen change entièrement tous les six mois, entraînant une perte de connaissances et de savoir-faire.

Après les tests en laboratoire, les chercheurs, qui ont présenté leurs travaux au 24e Symposium international IEEE sur les robots et la communication interactive humaine le 3 septembre dernier à Kobé (Japon), souhaitent tester leur robot Nao dans des conditions réelles. Ils pourraient prochainement tester la faisabilité de leur travail dans le simulateur, en gravité zéro, de l'Agence spatiale européenne.

Outil d'aide-mémoire

Mais outre les incidences industrielles, les chercheurs n'excluent pas à une utilisation de Nao dans le domaine social, et notamment pour les personnes âgées au contact limité avec leur entourage. Grâce à ses capacités narratives, Nao pourrait devenir le lien entre les individus.

« Dès lors, le robot n'est plus un simple compagnon. Il devient un véritable outil d'aide-mémoire personnalisé » conclut Peter Ford Dominey.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2015 à 21:02 :
Kobé et non pas Kopé...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :