Dracula Technologies invente le sac qui recharge les raquettes

 |   |  218  mots
Depuis 2012, la startup Dracula Technologies développe un panneau photovoltaïque de troisième génération.
Depuis 2012, la startup Dracula Technologies développe un panneau photovoltaïque de troisième génération. (Crédits : DR)
La startup Dracula Technologies a développé pour l'équipementier Babolat un sac à dos qui recharge les raquettes de tennis qu'il transporte. Un prototype va être présenté ces prochains jours lors des Internationaux de France de tennis.

Depuis un peu plus d'un an, la start-up Dracula Technologies, implantée à Valence (Drôme), développe un sac à dos capable de recharger les raquettes de tennis qu'il transporte. La société drômoise n'en est pas à son coup d'essai. Depuis 2012, elle maîtrise en effet une technologie d'impression spécifique. Un procédé qui ouvre à de belles perspectives. Après avoir notamment travaillé pour Raidlight, la start-up s'est associée à l'équipementier sportif Babolat. Ce dernier mise en effet sur la raquette connectée.

La bagagerie productrice d'énergie

Le procédé mis au point consiste à disposer des capteurs photovoltaïques sur des films plastiques. Ceux-ci peuvent facilement s'intégrer sur des accessoires nomades. Le dispositif produit alors un courant capable de les alimenter.

Le prototype du sac à dos développé devrait être présenté officiellement ces prochains jours lors des Internationaux de France de tennis, à Paris. Selon de premiers retours, le produit a déjà séduit. Une nouvelle phase pourrait alors bientôt s'ouvrir : celle de l'industrialisation. Mais plus largement, c'est un nouveau pas que vient de franchir la start-up. Le champ d'application de sa technologie est infini. Mais force est de constater qu' elle s'affirme en effet davantage dans la bagagerie connectée autonome. Un marché qu'elle compte bel et bien pénétrer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :