La startup Dowino mise aussi sur la e-santé

 |   |  431  mots
Les trois fondateurs de Dowino, Pierre-Alain Gagne, Jérôme Cattenot et Nordine Ghachi
Les trois fondateurs de Dowino, Pierre-Alain Gagne, Jérôme Cattenot et Nordine Ghachi (Crédits : DR)
Dowino, jeune startup implantée à Lyon, franchira un nouveau palier de développement en 2015. Spécialisée dans la réalisation de "serious games", l'entreprise s'était fait connaître avec A Blind Legend, un jeu vidéo sans image basé sur le son. Elle s'intéresse désormais au secteur de la e-santé

Un peu plus d'un an après sa création, la startup lyonnaise Dowino a le moral au beau fixe.
L'entreprise spécialisée dans l'édition de "serious games", d'applications mobiles et de films didactiques a réalisé l'an dernier plus 250 000 euros de chiffre d'affaires. En 2014, cette jeune pousse avait été récompensée par le prix OCIRP. Dowino s'est notamment fait connaitre l'an dernier par le développement de A Blind Legend un jeu sur smartphone, sans image, autour de la technique du son 3 D. Sur ce projet, une opération de financement participatif avait permis de rassembler plus de 43 000 euros.

A Blind Legend à la rentrée

A Blind Legend devrait sortir au troisième trimestre 2015. "Nous avons pris un peu de retard sur le calendrier. C'est lié aux développements d'autres projets, mais aussi au succès du crowdfunding qui nous permet d'envisager un jeu beaucoup plus abouti", explique Pierre-Alain Gagne, gérant de l'entreprise. A Blind Legend devrait ainsi compter cinq niveaux, avec une jouabilité plus poussée, et un mode multilingue.

L'activité principale de l'entreprise reste orientée vers des cibles plus institutionnelles. Les clients sont principalement des organismes publics, des associations ou des entreprises privées qui souhaitent sensibiliser leurs publics ou leurs salariés à des problématiques éthiques, sociales et environnementales.

Développement sur l'e-santé

Les concepts imaginés par Dowino reprennent les codes des jeux vidéos et visent à encourager le changement des comportements et des habitudes sur ces sujets. Les transports, le handicap, ou l'environnement font ainsi partie des thèmes traités, tout comme la santé. En février, la startup sort par exemple GlucoZor. Il s'agit d'un jeu de type "tamagochi" qui a pour objectif d'apprendre aux enfants de 8 à 12 ans, souffrant de diabète de type 1, à vivre avec leur maladie au quotidien. Un petit dinosaure accompagne l'enfant dans sa démarche.

"Un axe important de notre développement passera par la e-santé avec l'émergence du quantified self", précise Pierre-Alain Gagne "On ne sera pas présents sur le volet thérapeutique, mais sur la prévention".

Deux embauches en 2015

L'e-éducation, comme la ville intelligente, ou l'économie collaborative sont aussi des potentialités étudiées de près par les dirigeants de la startup. Dowino a déjà recruté une personne au début de l'année et envisage une seconde embauche courant 2015. La jeune entreprise devrait, par ailleurs, lancer à la fin de l'année une deuxième campagne de financement participatif pour un nouveau jeu auto édité, dont la trame n'est pas encore dévoilée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :