French Tech  : le sillon alpin passe en mode coopératif

 |   |  476  mots
Dominique Favario, Jean-Pierre Verjus, Patrick Émin et Jean-Jacques Duchêne ont invité les acteurs du numérique à tirer parti de la labellisation de Digital Grenoble.
Dominique Favario, Jean-Pierre Verjus, Patrick Émin et Jean-Jacques Duchêne ont invité les acteurs du numérique à tirer parti de la labellisation de Digital Grenoble. (Crédits : Didier Bert)
La labellisation French Tech de Digital Grenoble pourrait être le déclencheur d'une collaboration étendue avec les entreprises du numérique de Savoie et de Haute-Savoie.

Élus mercredi dernier, les membres de l'exécutif de Digital Grenoble se sont rapidement tournés vers leurs voisins de Savoie et de Haute-Savoie pour proposer une collaboration entre acteurs du numérique à l'échelle de l'ensemble du sillon alpin.

Lundi matin, au Manège de Chambéry, une centaine de représentants d'entreprises du numérique des Pays de Savoie ont assisté à la présentation de la démarche de Digital Grenoble, qui a récemment obtenu le label French Tech.

Au-delà de cette présentation, l'exécutif de l'association iséroise a affirmé sa volonté de s'ouvrir aux entreprises du numérique de Valence à Annecy, en passant par Chambéry. « Nous ne souhaitons pas forcément intégrer les territoires limitrophes de l'Isère dans la French Tech, mais nous souhaitons plutôt coopérer ensemble », a expliqué Jean-Pierre Verjus, le président de Digital Grenoble. « Nos groupes de travail vous sont ouverts », a-t-il lancé à l'assistance.

Des outils à partager

Cette coopération pourrait aussi passer par le partage d'outils de support à la croissance des entreprises. Les Pays de Savoie pourraient ainsi profiter du Small Business Act, un partenariat entre Digital Grenoble et de grandes entreprises qui vise à développer la croissance des petites sociétés numériques.

Aussi, par la voix de son vice-président Daniel Pilaud, Digital Grenoble s'est dit prêt à ouvrir ses accélérateurs de croissance, destinés à faire grandir les entreprises de taille moyenne (de un à dix millions d'euros de chiffre d'affaires). Cette aide consiste notamment à les aider à réaliser des ventes stratégiques de plusieurs centaines de milliers d'euros, ainsi qu'à développer des projets pilotes.

Ces propositions d'ouverture aux Pays de Savoie sont intervenues alors que le collectif d'entreprises annéciennes a déposé la semaine dernière sa candidature au label French Tech. Cependant, cela ne signifie pas qu'Annecy fera cavalier seul. « L'État nous a incité à poser notre candidature, mais nous étudierons les synergies possibles avec Digital Grenoble », assure Patrick Émin, un des responsables de la candidature annécienne. « Il existe une logique géographique à collaborer avec Grenoble », souligne-t-il, sans exclure une possible fusion.

La Savoie se structure

Côté savoyard, l'heure est plutôt à se rassembler avant de répondre d'une voix commune à l'invitation de Digital Grenoble, affirme les deux initiateurs de la rencontre de lundi, Dominique Favario, président de Savoie Mont-Blanc Angels, et Jean-Jacques Duchêne, directeur du technopole Savoie Technolac.

« Aujourd'hui, nous posons un acte fondateur », martèle M.Favario. « Nous partons d'une feuille blanche. Jusqu'à présent, les entreprises de Savoie travaillaient de manière individuelle. Nous voulons qu'elles se réunissent dans un collectif afin de parler avec Annecy et Grenoble, qui eux sont déjà structurés. »

Le 19 janvier, cette volonté se concrétisera par le lancement du Collectif Digital Savoie, au parc d'activités Alpespace à Francin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :